Temps de lecture : 1 minute et 58 secondes

Nanda Gonzague a parcouru la France pour documenter les ravages de l’amiante à travers différents lieux emblématiques comme Condé sur Noireau, Dunkerque, Canari (Corse), Aulnay sous Bois ou encore Terssac… Cette série a été réalisée dans le cadre de « La France Vue d’Ici » (lire notre article publie le 16 mars 2017) et est aujourd’hui exposée à Dunkerque.

Tragédie sociale, scandale politique et industriel, l’amiante est devenue omniprésente dans notre société et s’annonce aujourd’hui comme la plus grande catastrophe sanitaire française. C’est en partant de ce constat que je propose de mener un projet sur l’amiante en France jusqu’en 2016, année qui marquera les 20 ans de son interdiction dans l’Hexagone. A travers un parcours en plusieurs étapes sur le territoire français, j’explorerai différentes situations où l’amiante et l’homme ont à se défaire de leurs emprises mutuelles.

En France, l’amiante a nourri et enrichi de nombreuses régions, villes et bassins d’activité depuis le début de son exploitation vers 1860. Le premier rapport mettant en relation l’amiante et des décès d’ouvriers date de 1906 mais ce n’est qu’en décembre 1996 que la France interdit la fibre, bien après certains pays européens. Compte tenu de ses remarquables propriétés et de son faible coût, l’amiante a été massivement utilisée notamment dans les filatures, la sidérurgie, l’automobile, la réparation et la construction navale.

Aujourd’hui, vingt ans après l’interdiction de l’amiante dans l’Hexagone, qu’en est-il de la plus grande catastrophe sanitaire française?

Les anciens ouvriers ou dockers qui manipulaient l’amiante dans leur travail sont morts ou meurent de mésothéliome, le cancer de la plèvre caractéristique de l’amiante. Leurs proches, femmes et enfants sont eux aussi victimes de l’amiante, juste pour avoir respiré la poussière blanche ramenée de l’usine à la maison sur les vêtements, les cheveux ou les chaussures des ouvriers. <br>
Même interdite depuis vingt ans, l’amiante n’a pas pour autant disparu. Ainsi, des agriculteurs du Calvados découvrent en labourant leurs champs les tonnes de résidus d’amiante qui y ont été ensevelis après l’interdiction. Des habitants d’Aulnay-sous-Bois meurent aujourd’hui pour avoir fréquenté dans leur enfance une école voisine d’une usine de broyage. De nombreux autres cas de figure illustrent la difficulté de se débarrasser des résidus d’amiante répartis un peu partout en France. Problème de santé publique majeur, problème environnemental, bataille juridique interminable, on réalise aujourd’hui avec stupeur que l’amiante s’est immiscé insidieusement dans tous les recoins du pays et de la société. L’Institut national de veille sanitaire indique que l’amiante a déjà fait entre 61 000 et 118 000 morts entre 1995 et 2009, d’ici 2030, on annonce pas moins de 100 000 décès des conséquences de l’amiante en France. Tragique paradoxe que celui de l’amiante où les ouvriers travaillaient pour gagner leur vie en
ignorant qu’ils la perdaient dans le même temps.

– Nanda Gonzague

EXPOSITIONS
• Une Histoire Francaise de l’Amiante
Nanda Gonzague
Jusqu’au 13 mai 2017

La Halle aux Sucres
9003 Route du Quai Freycinet 3-MOLE1
• La France d’Ici
> Du 23 mars au 16 avril 2017
La Maison des Métallos
94 Rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
http://www.maisondesmetallos.paris
> Du 24 mai au 11 Juin
Festival ImageSingulières
Sète
http://www.imagesingulieres.com

LIVRE
La France d’Ici
Les éditions de La Martinière
Sortie le 16 mars 2017
220x255cm
336 pages
40€
http://www.editionsdelamartiniere.fr 

Leave A Comment

Your email address will not be published.