Temps de lecture : 2 minutes et 44 secondes

Notre journaliste Marie de la Fresnaye a rencontré Ami Barak, le directeur artistique du Salon de Montrouge qui se déroule jusqu’au 25 mai prochain. Pour cette nouvelle édition, la manifestation est associée au Mois de la Photo du Grand Paris.

Mowwgli : Quelles sont les nouveautés de cette 62ème édition ?

Ami Barak : Tout d’abord en ce qui concerne les artistes : le nombre a été resserré à 53, pour 60 l’année dernière, 14 nationalités sont représentées ce qui est une progression, avec une majorité féminine contrairement à la dernière édition.

L’un de nos défis sur le plan curatorial pour Marie Gautier et moi car je rappelle que nous sommes tous les 2 co-commissaires, était de faire en sorte que les visiteurs familiers des éditions précédentes aient un sentiment différent en découvrant cette édition avec du renouvellement, des nouveaux dispositifs… Je pense que le résultat est atteint à travers une narration limitée à 4 chapitres et une mise en valeur des œuvres de chacun plus directe et efficace.

Mowwgli : Imaginé comme un récit de 4 chapitres (Elevage de poussière, récits muets,fiction des possibles laboratoire des formes), quelles tendances fortes se dégagent selon vous de ce paysage fictionnel ?

AB : D’une année sur l’autre on constate que les artistes sont de plus en plus polymorphes, développant de façon simultanée plusieurs mediums (peinture et video,installation et photo, sculpture d’objets et dessin virtuose). De plus chacun développe une constante performative même si l’œuvre finale est statique elle résulte dans sa fabrication d’un processus performatif. La plupart d’ailleurs des artistes souhaitait faire une performance, ce qui nous a amené à concentrer le volet performance sur plusieurs week-end. Et enfin, il ressort de cet horizon féminin un questionnement sur le genre, pas immédiatement palpable mais subtilement induit.

Mowwgli : Le 62è salon de Montrouge célèbre la photographie dans le cadre du Mois de la photo Grand Paris, pourquoi ? et selon quels critères ?

AB : Tous les ans le salon de Montrouge met en place un événement satellite,l’année dernière autour des 100 ans du Cabaret Voltaire et cette année nous nous sommes associés au Grand Paris Mois de la Photo à travers « Répliques imaginaires », une manifestation autour des propositions de 9 artistes qui sont passés par le salon, photographes mais pas uniquement. Chacun est arrivé avec un ou plusieurs projets disséminés dans la ville sur des panneaux publicitaires, des vitrines, sous-bocks, T shirts,bannières, drapeaux, etc illustrant ce que l’on vit tous les jours face à la prolifération de l’image. Cette démocratisation exponentielle de l’image, à la portée de tous à travers les smartphones et sa diffusion immédiate via les réseaux sociaux ou autres supports. On a voulu que ce phénomène sociétal trouve un reflet à travers cet événement.

Mowwgli : Montrouge gagne chaque année en visibilité devenant une véritable rampe de lancement de la scène émergente française avec cette année le jury est présidé par Bernard Blistène et des bourses de production octroyées aux artistes par les partenaires, n’y a t-il pas un risque d’institutionnalisation et d’uniformisation du regard, loin de la vocation de défricheur du départ ?

AB : Le Salon a cette tradition de désigner des lauréats avec le concours d’un Jury présidé l’année dernière par Alfred Pacquement et d’autres personnalités institutionnelles, ce qui donne plus de crédibilité à ses choix. Mais les membres du jury ont des sensibilités et actions qui restent connectées à la scène émergente que ce soit avec Jean de Loisy (Palais de Tokyo) ou Claire Le Restif (Crédac), Aude Cartier (maison des arts de Malakoff), Didier Semin (Beaux Arts de Paris, l’Ecole fournissant un large quota d’artistes), Gaëtane Verna (Power Plant Contemporary Gallery de Toronto), ou Marcella Lista (Ground Zero, partie project room du Centre Pompidou dédié aux jeunes talents). Ce n’est donc pas incompatible.

De plus, nous avons remarqué que des artistes jeunes pour la plupart sont confrontés à un problème de stockage, c’est pourquoi le salon devait répondre à la question de la production des œuvres et ses coûts, certes raisonnables au départ mais multipliés à l’ensemble, finalement élevés. D’où l’idée de s’adresser à des partenaires (dont Gojiki, Invaluable, Françoise, Adagp y compris le Ministère de la culture) qui contribuent à financer des bourses de production pour ces nouvelles pièces, sans contrepartie exigée, le salon restant maître de ses choix.

INFOS PRATIQUES :
62ème Salon de Montrouge
Du 27 avril au 25 mai 2017
Beffroi de Montrouge
2 Place Emile Cresp
92120 Montrouge
Entrée libre
http://www.salondemontrouge.com

 

Suivre l’Agenda des événements : Journée interdite aux parents, après-midi performances..

Votre aide à la visite : l’appli du Salon
(à télécharger dans Apple Store/Google Play)

 

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial