1495 Views |  5

Xaver von Mentzingen est l’invité de la Semaine

Temps de lecture : 4 minutes et 40 secondes

Cette semaine, Mowwgli accueille son nouvel invité, il s’agit de Xaver von Mentzingen, Associate Director à la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin.

Xaver von Mentzingen (Santiago du Chili, 1974). Xaver travaille maintenant depuis 10 ans à la galerie, d’abord comme Assistant personnel de Thaddaeus Ropac et après en tant que membre de l’équipe curatoriale et des ventes. Il est en charge de 5 artistes de la galerie : la jeune photographe Claire Adelfang, l’artiste norvégien Bjarne Melgaard, l’artiste minimaliste allemand Imi Knoebel et les Estates de Joseph Beuys et de Dennis Hopper.

Diplômé de Sciences Po Paris et d’un Master de l’Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine, Xaver von Mentzingen avait d’abord envisagé une carrière dans la diplomatie mais assez vite il a senti que cette vie ne lui convenait pas et qu’il lui fallait se tourner vers d’autres horizons. Après une phase de questionnement avec des passages dans le tourisme, la restauration, le luxe, le journalisme etc … c’est la rencontre décisive avec Thaddaeus Ropac, qui lui a permise, de rentrer dans le milieu de l’art, milieu qu’il n’a plus voulu quitter depuis.

Xaver vit à Paris et il aimerait passer plus de temps à Costa Vicentina, la côte du Sud-Ouest de l’Algarve où sa famille est installée depuis 30 ans et développe le « slow tourisme », proposant notamment des randonnées avec des ânes (http://donkey-trekking-algarve.blogspot.fr).

Le portrait chinois de Xaver von Mentzingen

Si j’étais une œuvre d’art : Je serais une performance – comme par exemple les première performances de Gilbert & George des années 70. Actuellement nous montrons d’ailleurs dans notre nouvelle galerie de Londres, inaugurée il y a à peine une semaine, une exposition qui fait référence à leur Drinking Pieces &Video Sculptures de 1972/73 (http://ropac.net/exhibition/drinking-pieces-video-sculpture-1972-1973).
Les performeurs sont souvent des gens assez discrets et timides mais quelque chose les pousse à sortir de leur zone de confort et se présenter devant des masses de gens.
Certains performeurs comme Eva &Adele (http://www.evaadele.com) ont fait de toute leur vie une performance. C’est terriblement courageux et cela demande une discipline sans faille.

Si j’étais un musée ou une galerie : La Galerie Stalla Madulain – une toute jeune galerie, installée dans une veille ferme du 15 ème siècle, dans le village Madulain, non loin de St. Moritz. Elle se distingue par un étonnant mélange de nature, patrimoine historique, architecture et art contemporain – c’est rafraîchissant.
https://m.facebook.com/stallamadulain/

Si j’étais un(e) artiste (tous domaines confondus): Je serais l’écrivain, cinéaste et militant LGBT allemand Rosa von Praunheim. Rosa s’attaque à tous les tabous avec véhémence et aussi avec une grande compréhension. Son film mythique « Ce n’est pas l’homosexuel qui est pervers mais la société dans laquelle il vit » a donné naissance au mouvement de libération gay en Allemagne.
http://www.rosavonpraunheim.de

Si j’étais un livre : « Le Nuage Vert ou le Dernier Survivant ». Un livre pour enfants que le pédagogue A. S. Neill a écrit en 1938, c’est résolument irrespectueux, sauvage et anti-autoritaire et je pense qu’il mérite d’être promu en France où l’éducation ne laisse pas
beaucoup de liberté aux enfants, adolescents et adultes.

Si j’étais un film : « The Party » de 1971 de Peter Sellers – souvent je me sens un peu comme Hrundi V. Bakshi quand il arrive à la maison du producteur General Fred R. Clutterbuck. Je peux revoir et revoir ce film et je suis toujours fasciné. Un chef d’œuvre.

Si j’étais un morceau de musique : Paul Lincke’s chansonnette « Die Gigerlkönigin » (1894) interprétée par Paula Menotti. J’ai une grande fascination pour l’ambiance des cabarets berlinois des années 20.

Si j’étais un photo accrochée sur un mur : Je serais une photo accroché au mur de l’archive de Louis Zoellar Bickett que j’ai récemment découvert à la Andrew Edlin gallery à New York. Dans cette archive où l’artiste a méticuleusement répertorié (avec date et lieu de la trouvaille) tous les objets de son quotidien, il y a notamment une série d’autoportraits (souvent nus) qui sont tout simples mais subtilement drôles et émouvants. Bickett, archiveur obsessionnel activiste gay et anti-guerre engagé, a mené une vie modeste au fin fond du Kentucky en travaillant comme garçon de café.
http://www.edlingallery.com/artist/louis-zoellar-bickett

Si j’étais une citation : Je ne suis pas un fan de citations mais s’il faut un trouver une, je chercherai forcément du coté d’Oscar Wilde, comme par exemple “Quand les gens sont de mon avis, j’ai toujours le sentiment de m’être trompé.”

Si j’étais un sentiment : Toujours un peu Dazed and Confused.

Si j’étais un objet : Je serais un buste – j’en ai un vieux chez moi, trouvé dans le grenier de ma grand-mère. Ce buste dégage une sérénité qui me fait du bien mais il sert aussi de porte manteau. C’est bel objet très pratique.

Si j’étais une expo : Je serais interdit je pense – je rêve de faire une exposition sur le cruising qui selon mes observations a inspiré pas mal d’artistes. Dans le domaine de la photo il y a déjà eu des expositions qui ont été réalisées sur ce sujet. Tout récemment la galerie de photos VU’ à Paris a montré l’exposition « Chemins égarés » de l’artiste Amélie Landry. C’était une investigation presque sociologique avec des magnifiques photographies de paysages, des portraits en situation, des cartographies des territoires et des recueils de paroles d’usagers.
http://www.galerievu.com

Si j’étais un lieu d’inspiration :
La nature et l’eau: Ca peut être la mer, un lac, un fleuve, une source parfois même une piscine est suffisante.

Si j’étais un breuvage : Je serais un Pisco Sour – un goût sucré, salé, acidulé… et ça me rappelle mes racines chiliennes.
http://www.196flavors.com/fr/perou-pisco-sour/

Si j’étais un héro/héroïne : Je serais Alexander von Humboldt (1769 – 1859) – naturaliste, géographe et explorateur d’origine prussienne et membre de l’académie des sciences françaises.
J’aurai aimé sillonner et faire des découvertes dans le monde entier et notamment en Amérique Latine comme lui. C’était aussi quelqu’un de très engagé dans la lutte contre l’impérialisme et l’esclavagisme. Il n’avait peur de rien. Châteaubriand disait
de lui après avoir lu son ouvrage « Les Voyages en Amérique » : « Il peint tout et il dit tout ».

Si j’étais un vêtement : Un bomber – J’ai dû en avoir une dizaine dans ma vie. Les gens ne s’attendent pas à ce que je puisse les aimer. C’est un vêtement qui rompt les codes et qui permet parfois de diffuser un message sur le dos. Sur mon tout dernier il est marqué « Teenage Runaways ». Ca me convient – malgré mes 43 ans j’ai du mal à devenir adulte et l’envie de m’échapper me prend souvent. La veste est inspirée par un word piece de Jack Pierson dont nous montrons actuellement une très belle série de photos de paysages marins à la Galerie de Pantin. Elle a été développée par la jeune créatrice de mode libanaise Mira Mikati.

Toute le semaine, retrouvez la carte blanche de notre invité :
Carte Blanche à Xaver von Mentzinger : Christian Werner et Claire Adelfang (mardi 9 mai 2017)
Carte Blanche à Xaver von Mentzinger : le Paris Multi Culturaliste (mercredi 10 mai 2017)
Carte Blanche à Xaver von Mentzinger : Double je, construire l’image des autres et/ou créer sa propre image (jeudi 11 mai 2017)
> Carte Blanche à Xaver von Mentzingen : Ici Venise ! Erwin Wurm et le Lido sauvage (vendredi 12 mai 2017)
Les Bons Plans de Xaver von Mentzingen : l’Algarve et ses sortilèges
La Playlist de Xaver von Mentzingen

INFORMATIONS PRATIQUES
Expositions en cours :
• Georg Baselitz : Descente

• Jack Pierson : Walking Around

Galerie Thaddaeus Ropac
69, Avenue Du Général Leclerc
93500 Pantin
http://ropac.net