Thierry Grillet est notre invité de la semaine (lire son portrait publié lundi 15 mai), dans le cadre du dernier jour de sa carte blanche, le directeur de la diffusion culturelle de la BnF partage avec nous ses bons plans et bonnes adresses arlésiens.

D’abord ne manquez pas Arles 2017, Les rencontres de photographie, tout l’été. Et en particulier, deux manifestations :

– l’exposition de la BnF – Dans l’atelier de la mission photographique de la Datar. Regards de 15 photographes. (Belle exposition sur le paysage)
À partir du 3 juillet, dans L’atelier de la mécanique.

– l’exposition autour de Joel Meyerowitz (un grand américain de la street photography), « Early works »
À partir du 3 juillet, salle Henri Lecomte avec le soutien de Louis Roederer, de la Galerie Howard Greenberg et de la Galerie Polka.

Hôtels (il y en a beaucoup d’excellents – notamment l’historique Nord Pinus ou le très sympathique hotel de l’amphithéâtre). Pour ma part, j’ai une préférence pour l’hôtel du Cloître (18, rue du cloître) dont les chambres, très pop, ont été confiées à la décoratrice India Mahdavi. Au pied de l’hôtel sous le feuillage d’un grand arbre – très Provence -, il y a le petit restaurant L’ouvre-boite, pour les hédonistes-rigoristes qui s’imaginent ne pas vraiment diner parce qu’ils ingurgitent « seulement » des diableries de tapas…en sirotant du rosé.

Je recommande absolument le Paris Pop ‘Up, Place du forum – restaurant éphémère – tenu par l’excellent chef Harry Cummins et la jupiterienne Laura Vidal, un couple qui débarque du Canada et qui a fait et vu tant de choses qu’on ne peut croire qu’ils soient si jeunes… et aussi le Chardon, un peu plus loin, 37, rue des Arènes. Et ici et là, on dîne de recettes imprévues et délicates – servi et entouré exclusivement de gens joyeux !

Il faut aussi aller au Gibolin, dans le quartier de la roquette – notamment pour ses vins. Et faire un saut dans ce nouvel endroit – Le collateral, toujours quartier de la Roquette – où il se passe beaucoup de choses…sans oublier l’Institution du sud qu’est la librairie Actes Sud sur les quais. Que de livres ai-je découverts ici – tout récemment Confiteor, un roman formidable sur un collectionneur de manuscrits et violoniste, écrit par un auteur catalan, Jaume Cabré. A lire

Je ne rappelle pas – car tout le monde connaît – les incontournables de Camargue : chez Bob – pour l’atmosphère gitane – et la Chassagnette, où l’on dîne, au crépuscule, en pleine Camargue sous une immense moustiquaire, devant les jardins potagers de ce restaurant gastronomique…et plus loin, Le mas du Peint, au Sambuc où dans la torpeur d’un dimanche de juillet, on peut déjeuner sous une tonnelle en sifflant avec philosophie une bouteille de champagne bien frappé.

J’aime me baigner aux Saintes Marie de la mer et je vais toujours une fois à La Playa, où l’on est très bien traité et où la cuisine entretient l’enthousiasme du baigneur.

On ne peut aller là-bas sans passer dans le village de Salins de Giraud, au milieu d’immenses étendues de salines. À l’aube (pour les courageux), au crépuscule (pour les autres), il faut se promener dans ces paysages lunaires ou martiens. En tout cas, loin, très loin… et passer le bac de Barcarin. Rien que le nom…

Enfin – le dimanche vers 16h – allez à l’arène. Si possible celle d’un village. Pour assister à une course taurine. Pour cela achetez le journal local le matin et regardez où on en programme. Et là…

Leave A Comment

Your email address will not be published.