Temps de lecture : 52 secondes

La nouvelle exposition de la Tate Modern est prévue pour être le blockbuster de l’été. La dernière rétrospective du travail d’Alberto Giacometti dans le musée date de 1965. L’artiste infatigable avait à l’époque continuer de travailler dans un atelier de fortune installé dans l’institution pendant le montage de son exposition.

Le commissariat a été pensé par Frances Morris, nouvelle directrice de la Tate Modern et l’incontournable Catherine Grenier, directrice de la Fondation Alberto et Annette Giacometti. Avec 250 pièces exposées, on retrouve le fil conducteur de l’exposition du Fond Hélène et Edouard Leclerc à l’été 2015 à Landerneau.  C’est un véritable voyage dans le temps que nous propose l’institution britannique, avec l’arrivée à Paris du jeune italien inscrit au cours de Bourdelle à la Grande Chaumière, son adhésion puis son exclusion du mouvement des surréalistes. La deuxième guerre mondiale va remettre en cause le travail de nombreux artistes. Giacometti est de ceux-là et le travail de l’artiste bascule, recherchant dès lors avec acharnement ce qui fait humanité. La vraisemblance au modèle n’avait pas d’importance pour Alberto Giacometti. Il travaillait en fixant son modèle les yeux dans les yeux, inlassablement, jusqu’à en extraire cette présence unique et singulière, cette humanité profonde que l’on retrouve dans ses sculptures et ses œuvres graphiques.

INFORMATIONS PRATIQUES
Giacometti
Du 10 mai au 10 septembre 2017
Tate Modern
Bankside
London SE1 9TG
http://www.tate.org.uk/visit/tate-modern
http://www.fondation-giacometti.fr

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial