Temps de lecture : 2 minutes et 18 secondes

La Fondation Swiss Life a créé le Prix Swiss Life à quatre mains, ce prix, inédit en France, consiste à soutenir une création artistique coproduite d’un compositeur et d’un photographe. Cette année, la photographe SMITH associée à Antonin Tri Hoang, compositeur, sont les deux lauréats de la deuxième édition du prix avec leur projet baptisé « Saturnium ».

Le duo Smith et Hoang partage une fascination pour la radioactivité et les travaux de Marie Curie. L’histoire commence avec la découverte du journal non publié de Marie Curie dans lequel elle raconte la découverte d’un élément chimique inconnu qui agit sur la courbe du temps quand on est en sa présence, baptisé “Saturnium”. Sa dangerosité a fait que Marie Curie n’a pas souhaité le présenter au monde en le jetant dans le puits qui était au centre de son laboratoire le faisant sceller dans l’espoir que personne ne le découvre. Récemment nos artistes ont appris que ce puits 918 allait être ré-ouvert. C’est le point de départ de la création du projet présenté.

Avant l’ouverture de ce puits, ils ont pu s’en approcher et observer les effets de cette substance sur leur travail respectif à savoir l’image et le son. Concernant le travail de l’image Smith est descendu au plus près du puits avec une vingtaine de volontaires et des pellicules photo qu’elle a déposées près du puits. Bien que le puits soit scellé, les radiations continuent à être émises même si celles-ci ne sont pas dangereuses. Après ce moment d’irradiation elle a effectué des séries de photographies chez elle en utilisant ses films irradiés et en photographiant ceux qui ont été touchés par les radiations du saturnium. Le travail maintenant consiste à attendre et voir ses effets. Est-ce des ruptures se feront entre la personne et le portrait ? Est-ce que les portraits vont évoluer ?

En ce qui concerne le son, Antonin Tri Hoang (saxophone et synthétiseur) et 2 musiciens un guitariste un batteur sont descendus jouer auprès du puits en trio. Ils ont enregistré une musique spécialement conçue pour l’occasion par Antonin. La composition s’est vue fortement modifiée et son évolution est toujours en cours. Maintenant lui aussi est en période d’observation et attend les effets et les changements temporels et sonores dûs au saturnium.

Le duo compose ainsi un conte musical et photographique, à la lisière du fantastique. Une œuvre/conte évolutive qui permet de penser, de travailler, d’explorer, en images et en musiques, la possibilité de la catastrophe, l’apocalypse nucléaire, le changement d’époque, l’avènement d’une fin de l’histoire comme structurant le sens, la pensée poétique, onirique, de la forme des prémices d’un nouveau monde auquel il est permis de rêver.

Pour cette deuxième édition, la Fondation Swiss Life s’est associée à deux partenaires de renom, le Palais de Tokyo à Paris et Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains – à Tourcoing. Le thème, Le rêve des formes, est celui de l’exposition éponyme qui sera présentée au Palais de Tokyo du 14 juin au 10 septembre 2017 pour célébrer les 20 ans du Fresnoy. La création des lauréats y sera installée pendant toute la durée de l’exposition, dont le commissariat artistique est assuré par Alain Fleischer et Claire Moulène.

INFORMATIONS PRATIQUES
> Exposition « Le rêve des formes » au Palais de Tokyo,
Du 14 juin au 10 septembre 2017
Palais de Tokyo
13 Avenue du Président Wilson
75116 Paris
http://www.palaisdetokyo.com

> Egalement pour l’occasion, la Fondation Swiss Life et Actes Sud se sont associés et éditent Saturnium dans la collection “Images de musique”. Le livre-CD présente la création de SMITH et Hoang.

SATURNIUM
Conte musical et photographique
Prix Swiss Life à 4 mains – Série : “Images de musique”
Photographies de SMITH – Musique d’Antonin Tri Hoang
Parution le 6 septembre 2017
https://www.dorotheesmith.net
https://www.facebook.com/antonintrihoang/

Leave A Comment

Your email address will not be published.

1 Responses to “Saturnium, Un conte musical et photographique des lauréats du Prix Swiss Life à Quatre Mains, Smith & Hoang”