364 Views |  Like

Festival June Events : Rencontre avec Anne Sauvage

Temps de lecture : 2 minutes et 3 secondes

Marjory Duprés, notre trender en danse contemporaine, continue son exploration de la onzième édition du Festival June Events qui s’est déroulé à Paris. Elle a sélectionné avec soin 4 spectacles pour les partager avec nous. Pour terminer cette couverture, rencontre avec Anne Sauvage, Directrice du festival.

Marjory Duprés : Votre programmation donne une grande place à des créations en résonance avec ce que les anglo-saxons appellent la chorégraphie sociale.

Anne Sauvage : Est ce une axe que vous avez souhaité développer cette année, la question des liens entre art et société vous tient elle à coeur ?

Au sein de la programmation, c’est bien entendu une question très présente tant les artistes nous donnent à voir le monde, nous questionnent, nous éclairent, nous poussent à l’émotion, à la réflexion… tant ils instaurent à travers leurs spectacles, un espace de partage sensible avec le public sur l’état du monde et de nos sociétés. D’une édition à l’autre, cette question des liens entre art et société est plus ou moins révélée au sein des parcours de spectacles que nous proposons. Cette année, citons par exemple les créations de Oona Doherty, de Mithkal Alzghair, d’Alexandre Roccoli, ou encore d’Herman Diephuis…

M. D. : Comment avez vous réalisé vos choix et quel(s) type(s) de relation privilégiez vous avec les artistes : filiation subjective, esthétique, diversité, découverte, construction sur le long terme… ?

A. S. : Un des objectifs de JUNE EVENTS est d’offrir une belle diversité de l’actualité de la création chorégraphique contemporaine tant au niveau des esthétiques que des formes. Tout en assumant des choix exigeants, nous souhaitons avec le festival aller à la rencontre d’un large public… Aller à la rencontre mais aussi créer le contexte de cette rencontre… C’est tout l’esprit de convivialité qui anime le festival. En programmant des parcours de spectacles (de 2 jusqu’à 4 les samedis soirs) nous espérons que le public qui vient peut-être pour une compagnie plus renommée, fasse le pari de la découverte avec une jeune compagnie en première partie, ou prolonge sa soirée avec des propositions plus musicales comme les samedis à 22h30.. Comme avec les propositions de rebonds dans d’autres contextes que sur les plateaux (Julie Nioche également au Musée de la chasse et de la nature, Liz Santoro et Pierre Godard également au BAL, Nacera Belaza également au Panthéon dans le cadre de Monuments en mouvement… nous avons la volonté de se faire croiser les publics. Auprès des artistes, je m’efforce de soutenir leur démarche au-delà de l’accompagnement de leurs projets. Ce qui implique d’inscrire notre relation dans la durée, même si trois quart des artistes programmés cette édition ne l’ont jamais été sur le festival.

M. D. :  Une des questions intéressantes aujourd’hui est celle de la transmission (présente ou absente) entre plusieurs générations de chorégraphes, avez vous pensé l’intergénérationnel cette année ?

A. S. : Cette question est présente à chaque édition de festival puisque complètement intégrée à la construction même de la programmation et des parcours de spectacles…. Et au combien illustrée cette année avec Mié Coquempot et Daniel Larrieu que l’on retrouve respectivement en ouverture et en clôture du festival !

A LIRE :
L’art de la fugue, Mié Coquempot
May he rise and smell the fragrance, Ali Chahrour
Weaver–Quintet, Alexandre Roccoli
> Mix, Herman Diephuis
Interview d’Anne Sauvage

INFORMATIONS PRATIQUES
Festival June Events
http://www.atelierdeparis.org/fr/june-events-est-une-fete