Temps de lecture : 1 minute et 44 secondes

La Maison Guerlain est un lieu comme on les aime chez Mowwgli puisqu’elle s’emploie à s’aventurer dans des contrées où on ne l’attend pas. Alors qu’on célébrait il y a quelques jours l’anniversaire des 10 ans du prix du dessin Guerlain, la voici qui nous propose une plongée inédite dans les collections d’une célèbre institution parisienne.

Situé au 68 avenue des Champs Elysées, l’immeuble historique du parfumeur a choisi ces dernières années d’ouvrir ses espaces, ses salons et de proposer à ses clients mais surtout à tous les visiteurs des expositions éphémères en dialogue avec ses fragrances.

Ici, tout est calme, luxe et beauté, et depuis toujours, la famille entretient une relation passionnée avec le milieu de l’art et les artistes, ayant toujours recherché jusque dans le design des flacons, la beauté.

Il y a 3 ans, elle s’est associée à la Maison Européenne de la Photographie pour proposer des regards croisés entre photographies issues des collections de l’institution et commande à un artiste. Ainsi, on a pu découvrir l’an dernier le plasticien brésilien Vik Muniz, qui succédait au coréen Liu Bolin.

Cette année c’est l’artiste Valérie Belin qui s’est vue offrir une « carte blanche » pour évoquer la marque sur le thème retenu « Les femmes vu par les femmes: Révélation ».

Au fil des salons, on découvre les séries d’images sélectionnées par le commissaire Jean-Luc Monterosso: Dominique Isserman, Sarah Moon, Alice Springs ou Irina Ionesco pour les plus connues d’entre elles, mais aussi de (re)découvertes de Martine Barat, Kimiko Yoshida ou encore Dolorès Marat

Cette exposition est aussi un dialogue inattendu entre les femmes collaboratrices de la Maison Guerlain et les artistes exposées. Chacune d’entre celles, qui a accepté de se prêter au jeu, a sélectionné une image et en livre son « interprétation »: une double lecture fraiche et inédite qui donne une dimension personnelle et dénote d’une attention particulière de Guerlain pour l’image. (Elles ont d’ailleurs accepté de nous livrer leur réflexion que nous vous proposerons durant l’été).

La maison Guerlain construit ainsi peu à peu sa collection personnelle avec ses cartes blanches et crée ainsi une passerelle entre sa collection historique d’art (peinture, affiche, dessin) et le médium photographique, parfaitement illustrée cette année par le « manifeste » de Valerie Belin, qui poursuit dans cette commande sa démarche plasticienne faite d’impression, de surimpression et de critique de la dictature de la perfection.

Et on se surprend à croiser  dans le regard de Catherine Deneuve immortalisé par Alice Springs, une incitation à céder à la tentation d’un flacon de « Jardin de Bagatelle », posé là, en écho à vos émotions et vos sensations.

Un voyage sensoriel plutôt réussi à découvrir jusqu’à la fin de l’été.

INFORMATIONS PRATIQUES
Les femmes vues par les femmes
Jusqu’au 27 août 2017
Maison Guerlain
68 Avenue des Champs Elysées
75008 Paris

Leave A Comment

Your email address will not be published.