388 Views |  6

Vagina Rocks Hard ! 1er Episode

Temps de lecture : 3 minutes et 12 secondes

Pffff… Youpi… L’ été est de retour avec son lot de « tubes » en carton plus dangereux que la canicule, causant saignements auditifs et autres pathologies cérébrales aux mélomaniaques de mon acabit, et, peut-être, à vous aussi ?

Dans ce cas, pas de panique, Dr. D. a tout ce qu’il faut dans sa besace pour vous remettre sur pied !!!

Bon, les fragiles, je vous préviens ça risque de piquer un peu, mais le bénéfice/risque sera indéniablement positif pour votre santé musicale.

Mon serment d’Hypnocrasse est de vous voir tout revigorés, tout émoustillés par les traitements que je m’en vais vous prescrire cet été. Amour, Liberté, Colère, Mélancolie,… Esprit Rock en somme, sous des formes variées certes, mais toujours authentique et sans concessions.

Bien conscient de la lourde tâche qui m’incombe, je m’emploierai ici à trouver les meilleurs remèdes, souvent challengers d’une industrie obèse, plantes rares, méconnues, terrées dans les sous-bois d’Internet.

La Toile, réceptacle aux mille et un étrons planétaires , mais aussi antre d’apothicaires dévoués, pourvoyeurs de formules curatives et méritoires qu’on oublia, il y a longtemps déjà, dans les plus gros laboratoires.

ET, comme l’indique le titre de ce dossier, le principe actif de ces traitements sera toujours composé d’une base de fières amazones/rockeuses, aussi belles que talentueuses, musiciennes à la fois colombes et tueuses, poupées de porcelaine, succubes ensorceleuses… Jamais de divas sans talent, boursoufflées d’égo passant bien plus de temps à montrer leur séant qu’à bosser en studio, non non non ma p’tite dame, pas de ça chez moi, si ce sont elles que vous aimez, Instagram est là pour ça…

Allons, ne perdons pas plus de temps, bienvenue à cette première consultation, déshabillez vous…

The Jam of the Living Dead

Le premier traitement que je vous propose d’expérimenter, si ce n’est déjà fait, est une bonne dose de The Creepshow, glorieuse formation canadienne de Psychobilly (de manière très réductrice, prenez la B.O. de Cry-Baby de John Waters, injectez-y de la testostérone de zombie Punk possédé par Lucifer, tadaaaa… Psychobilly !).

Formé en 2005, le groupe fut mené successivement par Jen “Hellcat” Blackwood, puis par sa soeur Sarah “Sin” Blackwood et enfin dans le line-up actuel, Kenda! Legaspi (qu’étrangement j’ai envie d’appeler Cassandra… https://youtu.be/bWPKKH6OCaE).

Hot rods, tatouages, cigarettes, bières et cimetières, le Démon souffle dans les branches d’un vieil arbre mort, du premier opus (“Sell your Soul” 2006 chez Stereo Dynamite, le ton est donné…) au quatrième et dernier en date (“Life After Death” 2013, Stomp Records).

Une expérience punk-rock biberonnée aux 50’s, délicieusement macabre, qui nous perfuse de sérums électriques riches en swing des plus sauvages, en refrains aux airs d’hymnes, en visuels Glamour&Gore (« The Devil’s Son« ), toujours pêchus et prenants…

Atmosphère souvent sombre, et pourtant jamais déprimante…Aux antipodes artistiques d’un Poko-Rat ou de la chèvre Gims, qui donnent à coup sûr l’envie de se perforer le cerveau après s’être amputé des deux oreilles, à moins d’être coprophile, bien entendu…

Je sais je sais, je tire sur l’ambulance, so what ?

Un sérieux antidépresseur j’vous dis! Un trait de coke musical tout ce qu’il y a de plus légal… Et, que ce soit Jen, Sarah ou Kenda!, comment rester de marbre à l’écoute de ces voix vibrantes, parfois de glace, souvent de feu, râpeuses juste comme il faut pour vous décrasser les oreilles ?

Comment, à l’époque des voix auto-tunées à la truelle, sur des « tapis musicaux », plats comme l’encéphalogramme de Kanye West, comment ,vous disais-je, ne pas faire honneur à ces artistes qui saignent et suent des litres à créer de la musique énergique, granuleuse, organique,hérétique, bref, orgasmique ?

Donc, cette semaine, injections à volonté de The Creepshow pour tous, d’ailleurs, je vais de ce pas m’en faire une petite derechef… Hell Yeah !!!

L’ordonnance :

Posologie minimale conseillée (vous pouvez varier les injections, il y a matière, et c’est sans danger, jeune fan des BB Brunes, la seule chose que tu risques est finalement d’aimer le Rock) :

_ le matin au réveil,  un petit « Demon Lover » voire un « Rock’n’Roll Sweetheart » additionnel.

_ le midi, surtout si la matinée (…sponsorisée par la RATP…) vous a copieusement fendue les boules, un shoot de “Run for Your Life” ou « Dusk ’Til Dawn » pour le coup de fouet.

_ le soir, au coucher, un “The Garden” des familles pour faire des rêves réalisés par Tim Burton période Beetlejuice.

Effets secondaires potentiels: un brusque raidissement des majeurs (syndrome dit du “Rick Sanchez”, les vrais savent…Wubba lubba dub dub motherfuckers), une envie de sauter dans tous les sens, vive sensation d’exister pleinement et librement dans toute sa différence, peut provoquer une forte dépendance à l’indépendance…

N.B.: Certains utilisateurs réguliers ont pu remarquer une très légère baisse d’efficience du traitement depuis l’incorporation de la molécule Kenda!. On peut admettre que la composition originelle à base de « Hellcat&Sin » fut certainement plus puissante; Cependant, l’efficacité de la substance actuelle demeurant nettement supérieure à nombre de placebos têtes de gondole, qu’on ne saurait faire l’impasse pour autant

Allez, bonne semaine, et n’oubliez pas que la Musique, c’est de l’Amour, et l’amour du partage, donc si vous aimez The Creepshow, achetez leurs albums et passez le mot, c’est vital !

Hail Rock’n’Roll

Dr. D.