Temps de lecture : 1 minute et 5 secondes

Tout comme David Hockney, Grayson Perry est une sorte de trésor national pour la Grande-Bretagne. La société britannique est son sujet d’étude de prédilection. L’artiste ira même jusqu’à interroger avec justesse et tendresse la notion de « bon goût » par les différentes classes sociales dans une série télévisée produite par Channel 4 en 2012. Travesti depuis son adolescence (il se transforme alors en Claire), la notion de masculinité est le deuxième thème de réflexion de l’artiste.

Grayson Perry est donc un artiste engagé dans la société et ces thèmes d’étude apparaissent de manière récurrente dans son œuvre, dans ses poteries, ses grandes tapisseries et ses bronzes.

Grayson Perry, lauréat du Turner Prize 2010, n’avait pas bénéficié d’une grande exposition à Londres depuis celle en 2011 au British Museum, « The Tomb of the Unknow Craftman » qui avait été plébiscitée par le public. Cette collaboration avec l’institution avait alors permis à l’artiste de mettre en résonance des œuvres choisies parmi les collections du musée et ses propres productions.

La proposition de la Serpentine Gallery est plus modeste. On y retrouve néanmoins tous les thèmes qui sont chers à l’artiste. Deux grandes poteries sont les pièces centrales de l’exposition. L’une des poteries est consacrée aux partisans du « leave » avec Big Ben, Winston Churchill, un Nigel Farage (le leader d’extrême droite) à la puissance 10 et un David Bowie devenu mendiant. L’autre poterie représente les partisans du « remain », avec un couple qui s’embrasse, des musées, l’épouse de l’artiste et Shakespeare. Il est facile de deviner le vote de Grayson Perry. Une exposition rare à découvrir à la Serpentine Gallery jusqu’au 10 septembre.

INFORMATIONS PRATIQUES
Grayson Perry : The Most Popular Art Exhibition Ever!
Jusqu’au 10 septembre 2017
Serpentine Gallery
Kensington Gardens
London W2 3XA
http://www.serpentinegalleries.org

Leave A Comment

Your email address will not be published.