Temps de lecture : 1 minute et 44 secondes

Pour la directrice du CRAC de Sète et commissaire, Noëlle Tissier il s’agit avant son départ à la retraite, d’un voyage à rebours à travers cette invitation à Jean-Michel Othoniel qu’elle avait accueilli en résidence à la Villa Saint Clair en 1988 (tout comme Johan Creten récemment exposé). Depuis elle n’a cessé de suivre son aventure et c’est donc tout naturellement qu’il a voulu offrir le meilleur de son œuvre dans ce lieu prêt à recevoir des œuvres XXL, conçues spécialement pour l’occasion.

Nous sommes aspirés par la « Grande Vague » dès notre arrivée, un hommage au sétois Gustave Le Gray qui y réalise la première photographie en 1857. Haute de 5 mètres, longue de 15 mètres elle a nécessité plus de 10 000 briques en verre noir soufflées en Inde. Autres œuvres nouvelles et jamais montrées en France : les 9 météorites en obsidienne (Invisibility Face), les 9 encres sur papier (Black Lotus) et plus spectaculaires, les tornades d’acier suspendues (Black Tornado, Purple Tornado), véritable défi alchimique mené avec le Cirva de Marseille. Un cadeau qu’il fait à Noëlle et une façon d’amorcer une nouvelle phase de sa création. Le tout dans un ensemble d’une grande cohérence en cette terre d’Occitanie qu’il n’a jamais complètement quitté.

En parallèle, ses « Géométries amoureuses » se poursuivent au Carré Ste Anne à Montpellier, titre d’une oeuvre exposée au Louvre en 2004 placée au centre névralgique de cette église désacralisée. En plein chœur ce qui ressemble à une croix elle amorce une perspective avec l’installation conçue à partir du Contrepet, œuvre déterminante pour sa passion du verre. « Le chemin de briques bleues »au sol scande le parcours rétrospectif de l’artiste (32 œuvres en verre au total), tandis que sur des tentures rouge pompéien se détachent des enluminures de dessin et aquarelle sur le langage des fleurs. Un clin d’œil à sa résidence à la Villa Médicis dans cette mise en scène des instants décisifs. Car c’est bien d’intime dont il s’agit en exposant uniquement des œuvres de sa collection personnelle. Une mise à nu « d’un monde onirique, d’un jardin clos, d’une carte personnelle du Tendre »en réponse à l’invitation des Amis du musée Fabre, collectionneurs pour la plupart. Un fois encore la notion de testament pour une œuvre totale qui englobe le passé et le futur, le géométrique et l’organique, la rigueur et le baroque, l’enchantement et le tragique en résonnance avec les vitraux multicolores. Comme les deux faces d’une même radicalité.

Se collectionneur soi-même, tout un art…

 

INFOS PRATIQUES :
Jean-Michel Othoniel
Géométries amoureuses
> CARRE STE ANNE
2, rue Philippy
34000 Montpellier
Visionner le film sur le site :
http://www.othoniel.fr
> CRAC OCCITANIE
26 quai Aspirant Herber, 34200 Sète
Du 10 juin au 24 septembre 2017
Entrée libre.
http://www.montpellier.fr

Commissariat :Nicole Kerangueven et Edouard Aujaleu,
Direction artistique : Numa Hambursin

PUBLICATIONS :
> OTHONIEL
Carré Sainte-Anne Montpellier, éditions Liénart
Juin 2017
64 pages, 23,5 x 16 cm
Bilingue français-anglais
20 €
> OBSIDIANA
Actes Sud
Juin 2017
96 pages, 13 x 21 cm
Bilingue français-anglais
29 €

Leave A Comment

Your email address will not be published.