Temps de lecture : 1 minute et 46 secondes

Le 13 juillet dernier, nous vous présentions l’exposition photographique présentée à la Maison Guerlain. Cette année, Valérie Belin s’est vue offrir une « carte blanche » pour évoquer la marque sur le thème retenu « Les femmes vues par les femmes : Révélation ».

Cette exposition est aussi un dialogue inattendu entre les femmes collaboratrices de la Maison Guerlain et les artistes exposées. Chacune d’entre celles, qui a accepté de se prêter au jeu, a sélectionné une image et en livre son « interprétation »: une double lecture fraiche et inédite qui donne une dimension personnelle et dénote d’une attention particulière de Guerlain pour l’image. Aujourd’hui, nous rencontrons Margerie Barbès-Petit, Directrice Marketing International et Communication.

Mowwgli : Vous avez participé au processus de sélection et avez visité les collections de la MEP. L’accompagnement de Jean-Luc Monterosso, sa connaissance et son empathie semble avoir été très structurant et rassurant pour créer cette exposition. Comment perceviez-vous, avant cette expérience, le médium photographique ?
Margerie Barbès-Petit : Le medium photographique a toujours été pour moi l’expression artistique d’une émotion, d’un témoignage, d’un message. Le photographe donne une interprétation du réel qui l’inspire ou qu’il met en scène. Il ouvre les portes d’un imaginaire à celui qui va recevoir cette émotion, ce témoignage, ce message. Cela peut être l’artiste lui-même qui veut garder une trace de cette émotion, de ce message, de ce témoignage.
Ce faisant il peut revivre à l’infini cette émotion ou la transmettre pour qu’elle se transforme à l’infini. La photo est en fait pour moi une grande forme en mouvement.

Mowwgli : Pour l’exposition, vous avez choisi une photographie de Dominique Issermann . Qu’est ce qui a motivé ce choix ?
M.B-P. : Cette photo m’a réellement captivée. La féminité qui se dégage de ce portrait est puissante et mystérieuse, toute en contrastes, et d’une grande Beauté. La force qu’elle dégage vient de la lumière presque éblouissante de ce blanc très pur, de sa structure très géométrique. En même temps elle semble très légère, presque évanescente comme portée par le vent qui l’a fait glisser sur l’eau. Il y a à la fois de la douceur, de la sensualité et l’expression d’une forme de pouvoir sur les éléments. Serait-ce une réinterprétation féminine du mythe de Narcisse ? Cette création de Dominique Issermann est pour moi d’une très grande richesse d’évocation. J’aimerais beaucoup échanger avec elle pour qu’elle me raconte son histoire personnelle de ce portrait.

Mowwgli : Peut-on dire que cette image vous ressemble, souligne (ou atténue) un trait de votre personnalité ?
M.B-P. : Passionnée par la mode, j’aime beaucoup l’élégance de cette féminité en mouvement. J’aime aussi la duplicité d’une silhouette entre la terre et le ciel, entre imaginaire et rationalité, d’une féminité multiple et contrastée qui garde une part de mystère.

INFORMATIONS PRATIQUES
Les femmes vues par les femmes
Jusqu’au 27 août 2017
Maison Guerlain
68 Avenue des Champs Elysées
75008 Paris
http://www.guerlain.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.