605 Views |  6

Emeric Glayse est notre invité de la Semaine

Temps de lecture : 2 minutes et 33 secondes

Pour notre semaine de rentrée placée sous le signe du reportage, nous accueillons Emeric Glayse, Directeur du Prix Carmignac du photojournalisme. L’appel à candidature de la 9ème édition du Prix est d’ailleurs lancée, vous avez jusqu’au 15 octobre pour participer (voir notre article) tandis que la 7ème édition est actuellement présentée à Londres.

Emeric Glayse a été nommé directeur du Prix Carmignac du Photojournalisme en 2015. Depuis son arrivée à la Fondation Carmignac, il a organisé les expositions et publié les livres Blank pages of an Iranian photo album de Newsha Tavakolian (2015), Colonie de Christophe Gin (2015) et Libye: Plaque tournante du trafic humainde Narciso Contreras (2016) et a conçu, en tant que commissaire, la rétrospective du Prix du Photojournalisme à la Saatchi Gallery (2016) – exposition de photojournalisme la plus visitée au monde en 2016 (Source : The Art Newspaper, mars 2017).

Fondateur et directeur artistique de nofound (2008/2011-2012), le blog devenu la foire de la photographie contemporaine à Paris, co-directeur de la galerie Mycroft (2009-2010) et co-fondateur de düo (2013-2014), un hybride galerie-librairie-restaurant, Emeric Glayse a organisé et produit de nombreux projets et expositions avec des photographes et des artistes travaillant avec le medium photographique, dont Elinor Carucci et Ren Hang (New Documents, 2011), JH Engström et Alec Soth (Bedroom, 2010), Richard Kern (Kern and Sons, 2009), Viviane Sassen (nofound, 2008), et Ed Templeton (Make up Girls, 2012 puis sur Paris Photo, 2014).

Emeric Glayse publie régulièrement sur la photographie contemporaine et a œuvré à la promotion de photographes émergents dans des magazines tels qu’Art Review. Il a animé en 2012 un workshop d’un an sur la monstration en photographie à l’École nationale supérieure de la photographie (ENSP). Il intervient de même de manière régulière dans le cadre de conférences sur le médium dans des événements tel que la prochaine édition de la foire UNSEEN Amsterdam.

Engagé dans les efforts de promotion du dialogue culturel et de la liberté d’expression, Emeric Glayse a également créé de nombreux projets de développement culturel en partenariat actif avec des organisations telles que l’UNESCO (2010) ou Reporters sans frontières (2011-2012).

Le Portrait chinois d’Emeric Glayse :

Si j’étais une œuvre d’art : Avant, j’aurais écrit The Two Ways of Life (1857) d’Oscar Gustav Rejlander, maintenant je dirais un tableau de Mireille Blanc ;
Si j’étais un musée ou une galerie : La Fondation Marguerite et Aimé Maeght avant un apéro à la Colombe d’Or! L’année prochaine, la Fondation Carmignac à Porquerolles ;
Si j’étais un(e) artiste : Francis Bacon regardant Le Cuirassé Potemkine (Sergueï Eisenstein, 1925) ;
Si j’étais un livre : Vu par Life (Collectif, 1974). Ce livre trainait dans la bibliothèque de mes parents et a eu le malheur de me faire tomber amoureux de la photographie !
Si j’étais un film : Trop difficile, je ne peux pas m’endormir sans regarder un film… Il y en aurait trop !
Si j’étais un morceau de musique : Storm, Godspeed You Black Emperor! (Lift Your Skinny Fists Like Antennas to Heaven, 2000) ;
Si j’étais un photo accrochée sur un mur : Le tirage de George Shiras III que j’ai eu l’immense chance et plaisir de chiner sur un forum d’antiquaires états-uniens ;
Si j’étais une citation : « Tout va bien dans le meilleur des mondes ». une variante personnelle de Candide (Voltaire, 1759) ;
Si j’étais un sentiment : Un mélange entre la tranquillité et la colère ?
Si j’étais un objet : Spoutnik 1, le 4 octobre 1957 ;
Si j’étais une expo : New Documents de John Szarkowski au MOMA (1967) avec Diane Arbus, Lee Friedlander et Garry Winogrand – ou l’avènement du snapshot ;
Si j’étais un lieu d’inspiration : Mon jardin ;
Si j’étais un breuvage : Le thé dans Astérix chez les Bretons (Uderzo & Goscinny, 1966) ;
Si j’étais un héros/héroïne : Allez… Rick Blaine (Humphrey Bogart dans Casablanca, Michael Curtiz, 1942) ;
Si j’étais un vêtement : Les quinze robes en métal plié des Frères Baschet pour Qui êtes-vous, Polly Maggoo? (William Klein, 1966).

Toute le semaine, retrouvez la carte blanche de notre invité :
> La Carte Blanche photographique d’Emeric Glayse (mardi 5 septembre 2017)
> La Carte Blanche d’Emeric Glayse : Le Guide de la rentrée par Joël Riff (mercredi 6 septembre 2017)
> La Carte Blanche d’Emeric Glayse : Hommage à Brownie par Mireille Blanc (jeudi 7 septembre 2017)
> Les Bons Plans d’Amsterdam d’Emeric Glayse (vendredi 8 septembre 2017)

INFORMATIONS PRATIQUES
• 7ème édition du Prix Carmignac du photojournalisme : Narciso Contreras
/!\ Derniers jours : Jusqu’au 6 septembre 2017
Saatchi Gallery
Duke of York’s HQ, King’s Rd, Chelsea
London SW3 4RY
Royaume-Uni
• Appel à Candidature 9ème édition
Jusqu’au 15 octobre 2017
http://www.fondation-carmignac.com/fr/prix-du-photojournalisme/appel-a-candidature/