43e Festival du Cinéma Américain de #Deauville2017
Clive Davis, the soundtrack of our lives de Chris Perkel

198 Views |  Like
Temps de lecture : 1 minute et 28 secondes

Le festival du film américain de Deauville déploie sa 43ème édition jusqu’au dimanche 10 septembre. Chaque année, des stars américaines, des jurys de qualités et malgré la concurrence incontestable de la Mostra de Venise (couplée cette année à la Biennale) aux mêmes dates, la programmation et les hommages y sont toujours de haut vol. 

Cette année donc, courrez sur les planches, vous aurez peut être la chance d’y croiser Jeff Goldblum, Darren Aronofsky ou Robert Pattinson (dommage que l’excellent Cronenberg « Map of the stars » où il incarne un jeune loup prêt à beaucoup de compromission pour devenir célèbre, ne soit pas à l’affiche de l’hommage qui lui est rendu).

A contre-courant du glamour et des paillettes, et en contrepoint au festival de photojournalisme de Perpignan, Mowwgli vous propose une lecture du festival orientée réalisme mais non dépourvue de sa part de rêve et s’intéresse à la programmation pointue de « la case de l’Oncle Sam ». Chaque jour, découvrez un documentaire sur l’Amérique, sélection qui tord le cou aux idées reçues, dans un sens ou dans l’autre.

Aujourd’hui, Clive Davis, the soundtrack of our lives de Chris Perkel

Clives Davis est probablement moins connu du grand public que ses « poulains » qu’il aura tout au long de sa prolifique carrière d’agent, dénichés, lancés, conseillés, choyés. Le documentaire va bien au delà de la simple biographie visuelle. C’est un exemple concret (et flagrant) de film hagiographique, sentimental et autocentré sur son sujet mais qui vous ensorcèle. Il impose une véritable plongée dans l’histoire de la musique de ces 50 dernières années. De la révolution culturelle des années 60/70 qui annoncent l’avènement de stars comme Aretha Franklin ou Janis Joplin, aux songwriters Paul Simon, Bruce Springsteen ou Patti Smith jusqu’aux chanteuses à voix comme Withney Houston ou Alicia Keys. Bien sûr « The Soundtrack of Our Lives » ne présente pas toute la vérité sur l’époque (ce n’est pas pour autant que ce qui est montré n’est pas vrai). Et le vrai Clive Davis, aujourd’hui 85 ans, est sans doute beaucoup plus impitoyable que ce nounours sympathique que l’on nous décrit mais le film se construit surtout autour de cette nostalgie du business de la musique de cette belle époque.

INFORMATIONS PRATIQUES
43e Festival du Cinéma Américain de Deauville
Du 1er au 10 septembre 2017
Centre International de Deauville (C.I.D)
1 avenue Lucien-Barrière
14000 Deauville
https://www.festival-deauville.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial