Temps de lecture : 1 minute et 59 secondes

Un mardi à Paris entre deux vernissages et un peu de temps à perdre j’ai déambulé dans les rues en jouant les curieux.
Après un vernissage pro à la MEP où j’ai d’ailleurs eu l’occasion de saluer et discuter avec Vincent Perez, venu en curieux et juste pour le plaisir. Amateur de photographie et photographe lui-même, je rappelle que la MEP lui avait consacré une exposition « Identités » en début d’année. Actuellement au casting de « Riviera » une série britannique diffusée sur SFR Play où il joue le rôle d’un commissaire de police, on pourra le voir également en novembre dans le prochain Polanski : « D’après une histoire vrai »au coté d’Emmanuelle Seigner et Eva Green.

Je souhaitais faire tranquillement le tour des galeries du quartier mais il ne me fallut pas longtemps pour me rendre compte qu’elles étaient quasiment toutes en préparation des expositions de la rentrée. J’ai donc décidé de me laisser emporter par la flânerie et de jouer les touristes en attendant mon prochain rencard culturel.

Pause déjeuner au « Derrière », découvert par hasard dans une cour au 66 de la rue des Gravilliers. Un endroit complètement dingue qui propose une cuisine française revisitée dans le cadre original d’un appartement familiale avec terrasse à la décoration baroque. Une carte originale et un accueil sympathique. Le restaurant propose deux cartes dont une carte « signature » plus originale et un peu plus chère. Vraiment délicieux.

Une balade digestive s’impose qui me permet de découvrir 2 boutiques de fringues très très différentes.
L’une, au 120 rue Vieille du temple, est le nouveau concept de Kenzo. La boutique propose toujours les collections, mais la nouveauté réside dans la possibilité de dénicher des créations uniques issues de designers ayant travaillé sur les collections mais dont les vêtements n’ont pas été retenus. J’ai adoré deux trois créations vraiment originales. L’occasion d’être super hype avec des pièces uniques griffées Kenzo.

L’autre « Front de Mode », installée 42 rue Volta, est un concept-store créé par la créatrice Sakina M’Sa qui a réuni autour d’elle une cinquantaine de créateur adeptes du développement durable. Maîtres-mots de tout ce petit monde sont les trois piliers du développement durable : approche sociale de la production, respect de l’environnement dans le choix des matières, ambition sociétale et culturelle. Sakina M’Sa est soutenue dans ce projet par François-Henri Pinault, PDG de Kering et Président de la Fondation Kering. Elle a notamment réalisé une collection avec du tissu prestigieux recyclé de célèbres maisons de couture du Groupe.

Et puis mon téléphone sonne, une amie me propose de se retrouver pour une pause goûter nous décidons de faire chacun un bout de chemin l’un vers l’autre.

Nous passons à la nouvelle pâtisserie de Yann Couvreur au 23bis rue des Rosiers, emportons 2 magnifiques tartelettes aux fruits rouges que nous décidons de déguster au jardin des Rosiers- Joseph Migneret puisque le temps s’y prête. Ce moment ressemble au Jardin des Délices.

Mais au fait ! Ce ne sont plus les vacances ! Il est temps pour moi de reprendre mes obligations Mowwgliennes et de me rendre à mon prochain vernissage : « Anafuku, le vêtement revisité »  à la Maison du Japon. Ah ! C’est dur la vie d’un trender Mowwgli.

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial