Temps de lecture : 2 minutes et 34 secondes

Lauréat du Prix Fondation d’entreprise Ricard en 2006, Vincent Lamouroux est invité à investir le Panorama de la Friche Belle de mai à Marseille dans le cadre de la carte blanche offerte par le Prix.
Son exposition « New Runway » offre une nouvelle dimension fictionnelle à cet espace emblématique en miroir sur la ville et propose une traversée totalement immersive au spectateur aux confins de la perte de repères. Il a répondu à nos questions.

Mowwgli : Comment s’est effectué le choix de ce lieu tenu secret aux confins du désert transfiguré en une piste d’envol défiant la vitesse et le temps ?

Vincent Lamouroux : Mon idéal de départ était d’utiliser un désert de sel, parfaitement plat mais au cours de mes plusieurs visites je me suis rendu compte que c’était presque trop parfait, trop idyllique. Ce sont d’ailleurs des espaces aujourd’hui où ont lieu des shooting de mode, de publicité.
Or à ma rencontre de ce site qui sert de terrain militaire j’ai mesuré plusieurs niveaux d’implication potentiellement intéressants. Une zone hautement surveillée, auparavant utilisée par la Paramount pour des films, avec historiquement une occupation indienne suivant les traces de vestiges assez proches. Il était donc pertinent d’agir sur toutes ces couches d’occupation du territoire.
Le tournage à la limite de l’improbable et du chaotique, a été rendu possible par la motivation de toute l’équipe du projet et l’intervention d’un pilote américain, bénéficiant d’un statut d’agent fédéral.
Une fois la quête du lieu et les repérages effectués (8 mois au total) le tournage en soi a pris une semaine.

Mowwgli : Vous rejouez votre obsession pour le blanc comme avec cet ancien motel de Los Angeles en 2015 transformé en une surface de projection fantomatique.

V. L. : Cette chaux entêtante, ce sol très blanc, la saturation de la lumière de l’image, et la poussière du 4×4 contribuent à matérialiser l’aspect nuageux et le blanc sur le film.
Les photographies reprennent ce défi technique autant qu’une signature artistique subjective.

Mowwgli : Pourquoi ces objets de la vitrine exposés tels des reliques archéologiques également blancs ?

V. L. : Ils agissent comme un fragment de piste telle qu’elle pouvait exister avec des pierres recouvertes volontairement de chaux et en forme d’ogives, dont on voit les strates quand on s’en approche. Façonnées à la fois par le sable, le vent et l’eau, elles évoluent sur ce terrain plat telles des boussoles, tournant sur elles-mêmes et générant de nouvelles formes ovoïdales.

Mowwgli : La scénographie spectaculaire offre une vraie caisse de résonance à ce bouleversement de la perception.

V. L. : Je voulais laisser les stores ouverts pour ne pas plonger l’espace dans le noir et garder cette vue sur les toits marseillais, la mer et la montagne. Cette relation au paysage m’était essentielle. Pour pouvoir rivaliser avec l’espace en cassant sa nature de départ comme souvent dans ma pratique, je devais me placer à l’opposé de cette lumière à travers une diagonale. Je souhaitais jouer également une projection plein écran sur un grand mur, le plus grand possible tout en restant à la hauteur des cimaises habituelles et envisager deux petites formes architecturales simples qui tentent de donner une direction nouvelle à l’espace.

Mowwgli : Quel devenir du projet imaginez vous ?
Je souhaite que ce film voyage, chaque pièce étant en réaction à une précédente.

V. L. : Le Prix de la Fondation d’entreprise Ricard récompense chaque année, depuis 1999, un artiste émergent de la jeune scène artistique française, présenté dans le cadre d’une exposition confiée à un commissaire indépendant. Le Prix, décerné par un jury de critiques d’art et de collectionneurs consiste en l’achat d’une oeuvre au lauréat, laquelle est offerte et exposée au Centre Pompidou, dans ses collections, ainsi qu’au financement d’un projet à l’étranger.

Prix – Fondation d’Entreprise Ricard / Art Contemporain
http://www.vincentlamouroux.net

INFORMATIONS PRATIQUES :
New Runway
Vincent Lamouroux,
Exposition au Panorama
Jusqu’au 5 novembre 2017
41 Rue Jobin
13003 Marseille
Horaires :
du mercredi au vendredi de 14 à 19h,
du samedi au dimanche de 13 à 19h
Tarifs : 5€, réduit 3 €
Une entrée donne accès à l’ensemble des expositions de la Tour Panorama et à Art-O-Rama.

La Friche Belle de mai fait sa rentrée !
Profitez en pour découvrir également :
Art-O-Rama (la Cartonnerie), Claire Tabouret (3ème étage de la Tour Panorama), Inventeurs d’aventures, Premier épisode (4ème étage) abordé lors de mon interview avec Gaël Charbau, le Prix des Ateliers de la Ville de Marseille (5ème étage) et L’arrière pays est devenu patrimoine (Salle des Machines, RdC).
http://www.lafriche.org

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial