3589 Views |  3

Mort de la photographe Ata Kando (1913-2017), une invisible en France

Temps de lecture : 1 minute et 10 secondes

Ata Kando aurait fêté ses 104 ans hier, malheureusement la photographe hongroise est décédée le 14 septembre dernier. Notre trender Miriam Rosen, ne décolère pas, elle aura essayé par tous les moyens de lui trouver un lieu d’exposition à Paris pour exposer le travail de l’artiste*. En vain… Un siècle est passé sous ses yeux, Ata Kando a vécu dans cinq pays, travaillé dans quatre langues, élevé trois enfants, survécu deux occupations et… pris quelque 35 000 photos.

En Hongrie, elle est surtout reconnue pour ses photos des réfugiés du soulèvement hongrois de 1956. Aux Pays-Bas, où elle a vécu de 1954 à 1979, ce sont ses contributions aux « company photobooks » et ses propres livres d’artistes, ainsi que son rôle d’enseignant, qui lui ont valu toute une série d’expositions et d’hommages depuis son retour en 2003.

Curieusement, en France, où elle a vécu à trois reprises entre 1932 et 1954 et où elle a développé sa pratique photographique sous toutes les formes imaginables (en studio, dans les rues, dans le labo de Magnum, chez les hauts couturiers…), elle reste une sorte de fantôme, au pire, invisible, au mieux la jolie compatriote de Robert Capa qui devient l’une des premiers laborantins de Pierre Gassmann et ensuite la première femme d’Ed van der Elsken.

*Un projet d’exposition avait été proposé à la Maison Robert Doisneau avec Marie-Laure Wanaverbeque, avant son décès en août dernier.

Alors si vous avez visité (ou allez visiter) les exposition d’Ed van der Elsken au Jeu de Paume ou/et à la galerie Folia, dans la première institution, Ata Kando fait de la figuration et à la galerie Folia, l’artiste est transformée en pin-up sur la façade du bâtiment…

Maintenant que son décès est prononcé, peut-être que les institutions et les galeries françaises vont rendre hommage à son travail ?

De notre côté, nous reviendrons très vite avec un portrait plus détaillé d’Ata Kando.

http://www.atakando.org

Merci à Miriam pour toutes les précieuses informations fournies!