Les Indes Galantes de Clément Cogitore sur la 3e scène de l’Opéra de Paris

268 Views |  1
Temps de lecture : 1 minute et 18 secondes

Comment fait-il ? Clément Cogitore est partout : exposé au BAL, au Centre Pompidou, présent dans différentes expositions collectives dont « Intériorités » à LaBanque de Béthune (voir article du 18 septembre). Sortira au cinéma le 1er novembre, un prochain film, Braguino ou la communauté impossible, un documentaire de cinquante minutes. Et sur la 3e scène de l’Opéra de Paris, Clément Cogitore adapte une courte partie de ballet des Indes galantes de Jean-Philippe Rameau.

Au sein d’un groupe de danseurs de Krump, danse née dans les ghettos de Los Angeles, la caméra de Clément Cogitore  nous renvoie au cœur des émeutes qui agitèrent Los Angeles en 1992 suite au passage à tabac de Rodney King par la police. Les danseurs jouent une battle sur le thème « Les Sauvages » extrait des Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau. Cette battle devient chorégraphie collective quand les voies s’élèvent rappelant la trêve qui avait été instaurée entre les deux gangs les plus importants de Los Angeles, les Crips et les Bloods afin d’élaborer ensemble des requêtes politiques à la police et aux personnalités politiques de Los Angeles. Cet événement majeur de l’histoire des violences racistes aux États-Unis avait embrasé les quartiers noirs de Los Angeles et provoqué la mort de 52 personnes.

Le film de 5’46 est une immersion totale sous la forme d’un  oxymore audiovisuel entre les danses brutes des trois chorégraphes : Bintou Dembele, Igor Caruge et Brahim Rachik et la musique du XVIII de Rameau. Ce protocole fonctionne à merveille et est extrêmement puissant.

Clément Cogitore
Né en 1983, Clément Cogitore semble surfer sur les étoiles et les récompenses. Premier lauréat du prix le BAL de la jeune création avec l’ADAGP pour Braguino, le cinéaste a été récompensé en 2016 du prix de la Fondation d’entreprise Ricard, ce qui lui vaut d’entrer dans la collection du musée national d’Art moderne avec un court métrage de fiction (Parmi nous, 2011) et une installation vidéo (l’Intervalle de résonance, 2016). 

https://www.operadeparis.fr/3e-scene/les-indes-galantes

A Lire :
Braguino ou la communauté impossible, Clément Cogitore
LaBanque de Béthune nous embarque avec « Intériorités » dans un voyage intérieur labyrinthique et envoûtant. Formidable !

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial