Temps de lecture : 3 minutes et 58 secondes

Nommée à la tête du Crédac en 2003, Claire le Restif s’est imposée à travers une vision avant-gardiste faisant de ce centre d’art un pionnier dans le paysage d’Ile de France d’où est partie notamment l’aventure du réseau TRAM. Après 25 ans passés dans un bâtiment signé Jean Renaudie l’architecte rétro futuriste d’Ivry dans les années 1970 et une programmation en résonance avec cette topographie singulière, le Crédac a intégré la Manufacture des Œillets.

Ce bâtiment en briques rouges de 1913 offre un panorama sur la ville élargissant l’horizon et les points de vue entre l’extérieur et l’intérieur et de vrais espaces de travail et de production. Nous rencontrons Claire Le Restif à l’occasion de la première exposition en France d’Alexandra Bircken (née en 1967 à Cologne) qui s’est formée au stylisme au St. Martins College à Londres.

Elle a répondu à nos questions.

Mowwgli : Quelle est la vocation du Crédac et son mode de fonctionnement ?

Claire le Restif : Un centre d’art doit être le lieu de l’artiste, selon la vocation dessinée au moment de la décentralisation en France.

Mettre à disposition notre contexte intellectuel et technique au service de projets en général inédits et spécifiques d’artistes émergents ou plus confirmés, français ou étrangers.

Le financement est croisé et lié à une convention quadriennale avec en premier lieu la Ville d’Ivry sur Seine qui met à disposition les 1000 m²du bâtiment américain de la Manufacture des Œillets. Ensuite le Ministère de la Culture, la Région Ile de France et enfin, le département du Val de Marne.

L’équipe est composée de 6 personnes à temps plein en CDI  très impliqués. Cela englobe l’accueil du public, la technique, les missions de communication, d’édition, d’administration.

Mowwgli : Quelle est votre programmation dont Crédakino ?

C. l. R. : J’essaie d’inviter les artistes longtemps à l’avance (12  à 18 mois) afin de se donner le temps de la gestation, de la discussion pour faire émerger les idées. J’ai toujours travaillé avec des lieux à l’étranger depuis mon arrivée sous forme d’échanges, de potlatch pour être au plus proche d’une économie de moyens, certes modeste mais avec une ambition artistique forte. J’aime co-produire, co-éditer pour être en lien avec d’autres réseaux à l’étranger et leur permettre aussi de découvrir la scène française.

Depuis notre installation aux Œillets en septembre 2011 il y a 6 ans maintenant, j’avais émis la volonté de dédier un espace spécifique à la vidéo. J’ai mis un certain temps à réunir des moyens et trouver un espace supplémentaire pour accueillir de manière plus régulière des artistes qui font de la vidéo, pas forcément des vidéastes. Cela permet une plus grande diffusion et de retravailler avec des artistes avec qui j’ai été en lien à d’autres moments ou qui ont déjà montré leur travail au Crédac, dans une forme plus souple. C’était le cas par exemple d’Olivier Dollinger l’année dernière, l’un des premiers artistes que j’ai invité en 2003. Cette invitation dans le Crédakino m’a donné l’occasion de suivre un de ses projets, l’aider à le produire. Cela donne l’opportunité de montrer des artistes étrangers peu montrés ici, ou encore d’inviter des collègues comme Elfi Turpin qui dirige le Crac Alsace ou bien encore Stéphanie Cottin, curatrice indépendante, qui grâce à la qualité de leur point de vue complète mes choix ou ceux de l’équipe du Crédac qui a programmé au printemps dernier le Crédakino avec un passionnant programme intitulé à juste titre Campagnes au moment des campagnes présidentielles et législatives.

Cela permet de passer un peu plus de temps au Crédac après leur visite de l’exposition.

Mowwgli : Comment l’exposition Alexandra Bircken a-t-elle été conçue ?

C. l. R. : Elle a été conçue en partenariat avec le Kunstverein d’Hanovre dirigé par Kathleen Rahn avec qui j’ai déjà travaillé (dans le cadre de l’échange franco-allemand Thermostat en 2011) et le Museum Abteiberg à Mönchengladbach dirigé par Susanne Titz. À nous trois nous avons pu proposer à l’artiste une exposition plus dense que ce que l’on peut envisager seul. Nous avons aussi coédité un catalogue à cette occasion, Alexandra a choisi sa graphiste. Cela nous assure une diffusion croisée des livres et à Alexandra une première exposition en France.

Mowwgli : Comment allez-vous à la rencontre du public (médiation..) ?

C. l. R. : Il y a à Ivry un projet culturel fort et marqué depuis 30 ans par une volonté d’ouverture, de démocratie de la culture pour tous. L’équipe a cette compétence et capacité à transmettre, à mettre en place une médiation de qualité. On consacre beaucoup de temps à ces actions. Sur les 9000 personnes accueillies par saison, 4000 sont accompagnées que ce soit des enfants, des adolescents, des étudiants en art, en art graphique ou des adultes et seniors dans des moments qui leur sont totalement dédiés. À cela s’ajoute par exposition un public spécifique à l’artiste. Concernant Alexandra Bircken, beaucoup de gens de la mode viennent visiter. De plus on collabore entre établissements culturels voisins : le Luxy, cinéma municipal d’art et d’essai d’Ivry, la Médiathèque avec laquelle on a mis en place un cycle de conférences depuis 10 ans, les archives municipales, le Centre Dramatique National du Val-de-Marne qui vient d’ouvrir à la Manufacture des Œillets. Ivry est une ville petite ce qui facilite les échanges. On tente d’allier un ancrage local à un rayonnement international.

Mowwgli : Quelles synergies dessinez-vous avec le territoire et au-delà ?

C. l. R. : Notre ambition en installant  le Crédac aux Œillets était de se rapprocher du Centre dramatique national qui a ouvert en décembre 2016, dans l’idée d’un lieu de fabrique et d’ouverture au public que les centres d’art seuls ont  plus de difficulté à mettre en place.  À l’occasion des Journées du Patrimoine nous avons proposé au public une performance de Joanne Leighton, en collaboration avec sa résidence-mission Arts & Sciences CLEA en partenariat avec la DRAC Île-de-France et la Briqueterie, centre de développement chorégraphique du Val-de-Marne ; nous avons immédiatement saisi l’occasion de l’inviter. C’est aussi la présence des artistes qui motive les invitations. Nos budgets étant sans commune mesure avec ceux du spectacle vivant. Ce cercle local et régional est très fort à travers notamment le réseau Tram et au niveau national le d.c.a (pour le développement des centres d’art contemporains). Cela nous offre l’occasion de mutualiser nos efforts et nos moyens. Au niveau international nous avons des collaborations régulières. Quant au public il se répartit en 30% Ivry, Paris 40% région parisienne 15%, France 10% et enfin 5% international.

 

INFORMATIONS PRATIQUES
Centre d’art contemporain d’Ivry – le Crédac
La Manufacture des Œillets – 1, place Pierre Gosnat
94200 Ivry-sur-Seine
www.credac.fr
En ce moment :
• Alexandra Bircken, STRETCH – exposition personnelle
Du 8 septembre au 17 décembre 2017
• Hugues Reip, Phantasmata – sélection de films
Du 8 septembre au 29 octobre 2017

 

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial