Temps de lecture : 2 minutes et 14 secondes

La sixième édition du Festival Photoreporter en Baie de Saint-Brieuc s’est inaugurée samedi dernier. Un mois durant, le public pourra découvrir les 11 reportages de photographes internationaux s’articulant autour d’un même thème : « unREST ». Ce fil rouge guidé par les deux directrices artistiques du festival, Eefje Lugwig et Reem Saouma explore les vibrations du monde qui nous entoure.

Les photoreportages présentés cette année nous racontent comment des individus à travers le monde relèvent les défis quotidiens face à l’instabilité de notre monde actuel. Ensemble, ces histoires forment une conversation sur l’état d’esprit dans lequel le monde se trouve. Ils nous invitent à réfléchir, affiner notre sens critique et susciter chez nous, spectateurs, des interrogations plutôt que des réponses. Ces histoires visuelles se voient peu dans les médias de masse ; elles sont inexplicables, inexplorées, inattendues, inconnues et imprévisibles.

Le festival invite le visiteur à parcourir le monde, de la Turquie à la Pologne, de l’Inde à l’Italie, des États-Unis au Japon, du Pérou en Russie… Chaque reportage est exposé différemment, offrant de multiples niveaux d’interaction avec le public et créant ainsi une expérience plus personnelle avec chaque spectateur. La diversité des expositions s’incarne à travers la diversité des sujets et modes de présentation, mais également via les langages visuels et styles photographiques présentés.

Eefje Lugwig & Reem Saouma, Direction artistique du Festival Photoreporter en Baie de Saint-Brieuc

PROGRAMMATION

• Laia Abril (Espagne): Le mythe des règles dans le monde
Ce reportage aborde la stigmatisation universelle de la menstruation, afin de briser ce tabou et d’en comprendre les répercussions.

• Massimo Berruti (Italie): Mon endroit tranquille – USA
Dans le village de Green Bank, protégé des ondes éléctromagnétiques, se regroupent des personnes électro-hypersensibles pour y mener une vie paisible.

• Christian Lutz (Suisse): Le déplacement – Suisse
Le photographe nous révèle une part de son intimité à travers le quotidien de son père, à qui l’on a diagnostiqué un cancer du poumon en février dernier. Aujourd’hui, la tumeur s’est réduite de moitié.

• Cédric Gerbehaye (Belgique): Maqbooza Kashmir* – Inde
* Cachemire occupé. Depuis un an, le Cachemire indien est en proie à une nouvelle insurrection séparatiste. Une partie des civils éprouvent un ressentiment croissant envers l’Inde, perçue comme une puissance occupante.

• Simona Ghizzoni (Italie): Il mare non bagna Napoli*– Italie
*La mer n’atteint pas Naples. Dans le quartier de Scampia à Naples, un des plus marginalisés du sud de l’Italie, les
adolescents sont laissés-pour-compte.

• Kosuke Okahara (Japon): Rhapsodie dans l’obscurité – Japon
En partant d’histoires individuelles d’habitants ordinaires de l’île d’Okinawa, ce reportage décèle l’ombre persistante de la Seconde Guerre mondiale, 70 ans après.

• Justyna Mielnikiewicz (Pologne): Monoparentalités urbaines – Pologne
Cette histoire se concentre sur les parents célibataires urbains qui choisissent volontairement la monoparentalité, un choix complexe, émaillé de défis quotidiens.

• Alessandro Penso (Italie): L’accord – Grèce, Serbie, Turquie
Ce projet souligne, suite à l’accord conclu entre l’Union européenne et la Turquie, les conditions de vie des réfugiés, demandeurs d’asile et migrants, qui tentent de rejoindre l’Europe.

• Alisa Resnik (Russie): Nuits blanches – Russie
Plongé dans l’atmosphère nocturne de Saint-Pétersbourg, le regard de la photographe vagabonde dans ces paysages urbains et en capture différents visages.

• John Trotter (USA): Trumpistan: la résistance – USA
Suite à l’investiture de Donald Trump comme président des Etats-Unis, des manifestations ont éclaté; les citoyens mobilisés aspirent à consolider le mouvement.

• Gaël Turine (Belgique): Le mur de Lima – Pérou
Dans la capitale péruvienne, se dresse le mur urbain le plus long du monde, séparant l’un des plus grands bidonvilles d’une « gated community » habitée par des millionnaires.

INFORMATIONS PRATIQUES
Festival Photoreporter en Baie de Saint-Brieuc
Du 7 octobre au 5 novembre 2017
Baie de Saint-Brieuc
Entrée libre
http://www.festival-photoreporter.fr

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial