Temps de lecture : 2 minutes et 32 secondes

La 24ème édition du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre s’est clos hier soir. Les expositions restent visibles tout le mois d’octobre. Vendredi soir, a eu lieu la remise des trophées de cette nouvelle édition. Au total, ce sont dix trophées et prix spéciaux qui ont été attribués par un jury international présidé par Jeremy Bowen, correspondant de guerre pour la BBC depuis plus de 30 ans. Voici le palmarès où l’Irak et la Syrie sont au coeur des reportages primés.

« Ce fut un immense honneur d’être président du jury et un grand plaisir de travailler avec mes collègues français.
Je suis très impressionné par la qualité de la sélection, dominée cette année par l’Irak et la Syrie. La profession se porte bien, elle est là où il faut être.
Le choix final du jury, composé de journalistes expérimentés, est le bon. Il témoigne de la couverture des zones les plus dangereuses par des reporters courageux, compétents et honnêtes. Ces reporters éclairent les recoins les plus sombres de ce monde et c’est le plus important« . – Jeremy Bowen

Cinquante grands reporters étaient réunis à Bayeux, les 6 et 7 octobre 2017, pour délibérer et décerner les trophées des catégories photo, presse écrite, radio, télévision, télévision grand format, jeune reporter (presse écrite) et image vidéo.
Trois prix spéciaux ont également été attribués : le Prix Région des Lycéens et Apprentis de Normandie (télévision), le Prix du public (photo) et le Prix Ouest-France – Jean Marin (presse écrite). Présidé par Jeremy Bowen, le jury international de ce 24e Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre a rendu son verdict…

> Catégorie Photo – Jury International Prix Nikon
  • 1er Prix : Ali Arkady / VII Photo Agency
    Kissing death, Irak
  • 2e Prix : Laurent Van Der Stockt / Le Monde
    La bataille de Mossoul, Irak
  • 3e Prix : Lorenzo Meloni / Magnum Photos
    La chute du Califat, Libye – Irak
Catégorie Photo – Prix du Public Parrainé par L’agence Française de Développement
  • 1er Prix : Antoine Agoudjian / Le Figaro Magazine
    La conquête de Mossoul ouest, Irak
Catégorie TV – Jury International Prix Amnesty International
  • 1er Prix : Waad Al-Kateab / Channel 4
    Le dernier hôpital d’Alep détenu par des rebelles, Syrie
  • 2e Prix : Arwa Damon et Brice Lainé / CNN
    Des survivants à Mossoul : il vaut mieux être mort que vivre cette vie; Irak
  • 3e Prix : Fergal Keane et Rob Magee / BBC News
    Le Yémen, Yémen
Catégorie Presse Écrite – Jury International Prix du Département du Calvados
    • 1er Prix : Samuel Forey / Le Figaro
      Mossoul : cinq offensives pour une bataille, Irak
    • 2e Prix : Fritz Schaap / Der Spiegel
      Despair and debauchery in Assad’s Capital, Syrie
    • 3e Prix : Karam Al-Masri et Rana El Moussaoui / AFP
      Couvrir Alep, la peur au ventre et le ventre vide, Syrie
Catégorie Radio – Jury International – Prix du Comité du Débarquement
  • 1er Prix : Gwendoline Debono / Europe 1
    L’entrée dans Mossou; Irak
  • 2e Prix : Mike Thomson / BBC News
    La bibliothèque secrète, Syrie
  • 3e Prix : Omar Ouahmane / France Inter
    Syrte, l’autre guerre contre Daech, Libye
Catégorie Jeune Reporter (Presse Écrite) – Jury International parrainé Par Capa Presse TV
  • 1er Prix : May Jeong / The Intercept
    La mort venue du ciel, Afghanistan – États-Unis
Catégorie TV Grand Format – Jury International Prix Scam
  • 1er Prix : Olivier Sarbil / Channel 4 News
    Dans la bataille de Mossoul, Irak
Catégorie Image Vidéo – Jury International parrainé par Bew TV / France 24 / Arte
  • 1er Prix : Olivier Sarbil / Channel 4 News
    Dans la bataille de Mossoul, Irak
Catégorie Presse Écrite – Prix Ouest-France – Jean Marin
  • 1er Prix : Fritz Schaap / Der Spiegel
    Despair and debauchery in Assad’s Capital, Syrie
Catégorie TV – Prix Région des Lycéens et Apprentis de Normandie
  • 1er Prix : Waad Al-Kateab / Channel 4
    Le dernier hôpital d’Alep détenu par des rebelles, Syrie

INFORMATIONS PRATIQUES
Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre
Expositions jusqu’au 29 octobre 2017
> Jan Grarup – Exode de Mossoul (exposition extérieure)
Guerre contre la drogue aux Philippines (Espace d’art actuel Le Radar)
> Exposition multimédia de l’AFP sur la Syrie (Tapisserie de Bayeux)
> Conflits oubliés, conflits de demain – NOOR (Hôtel du Doyen)
> Adriane Ohanesian – Sud Soudan, point d’ébullition (MAHB – > Musée d’Art et d’Histoire Baron Gérard)
> Bakhtiyar Haddad, 15 ans de guerre en Irak (Musée Mémorial de la Bataille de Normandie)
14400 Bayeux, Normandie
http://www.prixbayeux.org

Leave A Comment

Your email address will not be published.

3 Responses to “Palmarès 2017 du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre”

  • Je suis outrée, choquée et écœurée que le 1er Prix Photo ait été attribué à Ali Arkady. Ce soi-disant photographe a fait des photos en poussant le vice jusqu’au bout de torturer des gens. Sa famille est en danger et son nom a été changé.
    Cela voudrait-il dire que le reporter de guerre a de moins en moins d’éthique ? Personne ne l’a obligé à faire ces photos. Mais il a fait lui seul le choix de les faire jusqu’à devenir un véritable oppresseur. Il n’a aucune honte !
    Quelle image de la profession donne-t-il ?
    Après avoir fait la couverture de Telerama, il gagne un Festival.
    Tout simplement à vomir et à fuir !

    • Bonjour Ana,
      En effet le sujet est controversé et a provoqué de vifs débats au sein du jury. Voici ce que le Président du jury (M. Bowen) a communiqué à ce propos.
      « Ce n’est pas toujours facile de prendre une décision. Mais au final le service qu’il a rendu en prenant ces photos a plus de puissance que le fait qu’il ait commis des erreurs. Il a souffert lui-même. Ce n’est pas un tortionnaire. Il a documenté ce que ces types faisaient. Ce sont les photos les plus bouleversantes que je vues de toute ma vie. »

      • Je suis d’accord sur le fait qu’il faut témoigner. Mais, je pense aussi que les vidéos et photos publiées par Daesh sont suffisantes pour ne pas franchir les limites de l’inacceptable en tant que reporter de guerre.
        Il n’a pas commis « d’erreurs », il a participé à des crimes contre l’humanité !
        Il a fait couler beaucoup d’encre quand il fut en Une de Telerama. Ce n’est que mon opinion, mais il ne méritait pas qu’on lui donne un prix. Non seulement, il a participé à des tortures mais il a mis aussi sa propre famille en danger. Elle est cachée et il a changé de nom. Pourquoi montre-t-il son visage ?
        Pour aller plus loin, si on autorise ce genre de choses, qu’en sera-t-il dans un proche futur ?
        Certains photographes décide de poser leur appareil et de sauver des gens. https://www.nbcnews.com/storyline/syrias-children/syrian-civil-war-photo-photographer-s-rescue-goes-viral-n748146
        Il a préféré y aller et commettre des horreurs.
        Les mots du Président du Jury m’écœurent encore plus « rendre service », « erreurs », « ce n’est pas un tortionnaire ». Je ne suis pas d’accord et je ne le soutiendrai jamais.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial