380 Views |  Like

Vente aux enchères à Toulon: Focus Arty 3/3

Temps de lecture : 4 minutes et 1 seconde

Ce vendredi 13 octobre à 19h aura lieu à Toulon, une vente aux enchères décalée et originale. Rendez-vous Place de l’Equerre où vingt-quatre enseignes du Quartier des Arts proposent à la vente une centaine de lots en partenariat avec l’Hôtel des Ventes de la ville. Cette vente en plein air -mais qui se fait aussi par internet  via le site Interenchères pour celles et ceux qui ne peuvent se déplacer, est une initiative dynamique qui vous permettra de commencer ou de compléter votre collection, en satisfaisant tous les goûts devant l’éclectisme des lots. Nous avions déjà fait trois articles pour présenter l’évènement et ainsi que sur les galeries Aurélie MagnoniLes Frangines et VousCréations Tropicales, la Galerie 15 et les boutiques de créateurs DScréa.art et By LMS. Aujourd’hui, présentation des galeries Galerie Lisa et laGalerie du Canon, ainsi que de l’artiste Stéphanie Jouffret, gérante de la boutique-épicerie Xerri Chéri.

Galerie Lisa

« On ne peut pas se lasser de l’art » déclare Jean-François Ruiz. Passionné et déterminé sont deux adjectifs qui collent à la personnalité du gérant de la Galerie Lisa. Installée au 23 rue Pierre Sémard, cette galerie présente des oeuvres originales, en éditions uniques ou limitées, avec une prédilection pour le street art. Une multiplicité de techniques (acrylique, dessin, bombe aérosol, sculpture…) démontre l’ouverture d’esprit artistique que possède cet homme affable et sa compagne, Pascale Robert. Pour la vente aux enchères, Jean-François et Pascale ont proposé des artistes très appréciés du public. Tout d’abord, deux affiches de Monsieur Z, illustrateur connu et reconnu, (lots n°61 et 63), ainsi qu’une poupée de collection, produite par le designer Jason Wu (lot n°64),  une oeuvre de Franck Bac, un plasticien « touche-à-tout qui aime le détournement subversif visible et invisible » (lot n°62), une peinture de l’artiste seynois Renaud Buvry dit Reno B « dont la création nos entraîne dans un univers fantastique et fantasmagorique », une photographie de Gil Frechet, tirée en 1/10 et signée de l’artiste (lot n°67), et enfin, une toile colorée et voluptueuse du cuersois Franck Cascales, l’ami de toujours (lot n°66).

Jean-François Ruiz et Pascale Robert à l’intérieur de la Galerie Lisa ©Pascale Beroujon

Galerie du Canon

Les Varois connaissent très bien les deux protagonistes aux commandes de la Galerie du Canon, située à l’entrée de la rue Pierre Sémard. Jacques Mikaélian, urbaniste, architecte et collectionneur, est un des initiateurs de cette belle Rue des Arts. Quant à Gilles Altiéri, cet homme a créé et dirigé l’Hôtel des Artsdurant plusieurs années, en ayant réussi le pari d’en faire un des centres d’arts reconnus dans le milieu artistique en France.  De plus, il cumule les postes de commissaire d’exposition et d’artiste peintre -il est exposé à la galerie parisienne La Forest Divonne . Clin d’oeil à l’ancienne appellation de la rue, qui s’appelait autrefois la rue du Canon à cause du fût de canon planté à l’entrée en venant de la Place d’Armes, la Galerie du Canon est un vaste espace de 250 m2  accessible et ouvert à tous sur la création contemporaine. Les expositions temporaires, monographiques ou collectives,  montreront le travail de 14 artistes, reconnus sur le plan international : Arthur Aillaud, Gilles Altieri, Janos Ber, Eric Bourret, Marie-Claude Bugeaud, Margery Clay, Didier Demozay, Jérôme Dupin, Michel Duport, Jérémy Liron, Guy de Malherbe, Serge Plagnol, Klavdij Sluban et Marek Szczesny. Cependant, aucune des oeuvres sélectionnées pour la vente aux enchères n’appartiennent à ces artistes. Les 11 lots présentés (n°77 à 87) sont des photographies de Marikel Lahana, une photographe française basée à Paris. Une des particularités de la Rue des Arts est de proposer une exposition photographique sur ses murs, créant ainsi un espace artistique public à ciel ouvert. « Tous les trois mois, la Rue des Arts accueille une exposition photographique monographique ou thématique. Il s’agit d’un véritable parcours, organisé à l’instar d’un musée d’art contemporain, bénéficiant de multiples cadres installés de façon permanentes sur les façades pour l’accrochage des photographies » précise Jacques Mikaélian. L’exposition « Là où çà danse » a inauguré ce cycle, avec le travail de Lore Stessel et de Marikel Lahana. Ce sont donc  des instantanées de transe chorégraphique, de torsions corporelles, de gestes suspendus, des images devenues danse, saisies par Marikel Lahana que vous pourrez acquérir ce vendredi 13 octobre à la vente aux enchères de la Rue des Arts.

Marikel Lahana, Yutaka Nakata, Répétitions au CNN de Roubaix 2009

Stéphanie Jouffret

Gérante, avec Lorea Lasalde, du bar-épicerie basque Xerri Chéri situé au 17 rue de l’Equerre, Stéphanie Jouffret est une jeune femme souriante qui crée des tableaux composés de papiers froissés collés. Couches après couches, ses collages s’ajoutent, adhèrent, des lignes et des formes apparaissent, et les émotions naissent. Stéphanie saisit l’art d’orchestrer l’abstraction des formes. Pour la vente, elle propose un tableau en papiers collés (lot n°3). A cette occasion, elle a accepté de nous dévoiler un peu de son processus créatif: « La peinture non figurative est toujours, au-delà de la surface, l’entrée dans un ailleurs; et que soit la rigueur que s’impose l’artiste, elle ne nous empêche pas de dériver à l’infini, tantôt nous rapprochant à toucher la toile pour nous engloutir dans un détail, tantôt nous éloignant, pour errer dans un territoire auquel le peintre n’avait pas pensé. Pour ce tableau j’ai utilisé le papier de gravure et joue avec les variations de matière. Parfois au moins quatre actions superposées, couches à la fois se masquant et se révélant les unes les autres, quatre actes successivement occultés mais dont demeure suffisamment la trace pour qu’on puisse déchiffrer, à condition d’en prendre le temps, l’oeuvre de la profondeur à la surface. La superposition et les différentes textures créent de la profondeur, de la densité et donne un sentiment de relief. J’aime la manière aléatoire dont les choses arrivent. La lumière extérieure joue aussi son rôle dans la vision du tableau, puisque les différentes facettes de celui-ci, formées par le papier déchiré, prennent des intensités variables de brillance qui transforment la surface selon l’endroit où se trouve le spectateur. »

Stéphanie Jouffret, Sans Titre

INFORMATIONS PRATIQUES
« La Place de l’Equerre devient marteau »
• Vente aux enchères publiques le vendredi 13 octobre à 19h sur la Place de l’Equerre.
Entrée libre.
• Exposition des lots jusqu’au 13 octobre – 16h – dans les boutiques concernées.
En cas de mauvais temps, la vente aux enchères sera assurée au Port des Créateurs, Place Savonnières
Espèces acceptés jusqu’à 1000 €
CB acceptés sans minimum. Chèques refusés.
Se munir d’une pièce d’identité
Lien vers le site Interenchères ici
Lien vers l’événement ici
Lien vers la liste des lots ici

Retrouvez tout au long de la semaine notre focus sur les oeuvres des artistes et galeristes mises en vente.
Galerie Lisa ici
Galerie du Canon ici
Marikel Lahana ici
Stéphanie Jouffret ici