Temps de lecture : 1 minute et 44 secondes

Personnage central de la petite cité balnéaire normande , la plage de Deauville sera tout au long du festival Planche(s) Contact le fil rouge de cette 8eme édition. La ville, cette année, invite également pour la première fois, une personnalité issue du monde de l’art, qui pratique la photographie en parallèle de sa carriere. Elle a donc confié cette édition au regard tendre de la créatrice agnès b.

Grande collectionneuse d’art contemporain qui consacre une large place à la photographie, agnès b. promeut depuis le milieu des années 80 toutes les tendances photographiques au sein de sa galerie parisienne.

Directrice artistique invitée, elle pose son regard sur la ville et propose un portrait sensible de cette ville qu’elle connait bien. Sa vision de Deauville est à découvrir à La Chatonnière. Et dans le cadre de sa carte blanche, elle a choisi de soutenir deux jeunes artistes, Emma Charrin et Céline Villegas à découvrir toute deux au Point de Vue.

Deauville a toujours flirté avec les grands photographes de mode qui ont fait de la plage et du ciel normand un terrain de jeux propices à la création. A découvrir donc face au Bar du soleil, sur la plage, la magnifique installation de la rétrospective consacrée à Peter Lindbergh. On circule au milieu des containers tendues d’immenses bâches qui reproduisent les magnifiques images prises au cours de sa carrière de photographe de mode à Deauville.

Au Point de Vue également, c’est avec le regard complice de Françoise Huguier que vous avez rendez-vous. La photographe s’affranchit, comme à son habitude, des codes et stéréotypes véhiculée par la ville. Et c’est dans les HLM qu’elle est allée prendre le pouls de la cité et en propose un portrait tendre et plein d’humour. A ses côtés, on retrouve le travail de la lauréate du prix de la Fondation Roederer 2016, invitée à produire un nouveau travail sur la ville. Lynda Laird s’était fait remarquer l’n dernier pour son travail sur la mémoire collective des orphelins des Franciscaines. Elle poursuit sa soif de comprendre la ville en s’attachant à cartographier les traces de la seconde guerre mondiale sur le territoire.

Sur le parcours plein air, car Planche(s) Contact est avant tout un festival à ciel ouvert, rencontre avec la « Dolce Vita » de Claude Nori: des images qui sentent le soleil et saisissent les sourires furtifs, le vent qui fait virevolter les jupes, le bonheur de l’instant présent. Puis ce sont les portraits de Vasantha Yogananthan qui s’épanouissent face aux terrain de tennis: Réalisés à la chambre, les photographies de ces familles sont le témoin de cette mixité sociale et des enjeux de territoire qui s’organisent sur la plage durant l’été.

Une édition très colorée et sensible, jalonnée de nombreux événements: lectures, visites commentées à retrouver sur le site de la ville.

INFORMATIONS PRATIQUES
Festival Planche(s) Contact
Du 21 octobre au 26 novembre 2017
14800 Deauville
http://www.deauville.fr/le-festival-planches-contact

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial