Ligthouse, nouvel album de David Crosby

568 Views |  3
Temps de lecture : 1 minute et 18 secondes

Faisant suite au déjà excellent album de David Crosby « Croz », ces 9 nouvelles chansons sont encore plus éblouissantes, l’excès de production qui pouvait faire défaut sur certains titres du précédent a été sérieusement corrigé pour arriver à une sorte d’épure sonore miraculeuse.

La pochette de « Ligthouse » avec son phare pris en pleine tempête fait curieusement écho à celle de son mythique 1er album « If I Could Remenber My Name » où le visage de Crosby se fondait sur un coucher de soleil au-dessus de la mer, comme si à l’époque il regardait partir tous les idéaux qui avait bercés le Flower power dans une vague triste, le décès accidentel de son amie Christine Hinton, le drame d’Altamont, la guerre du Vietnam qui s’éternise…

Sur ce nouvel album, toujours aussi conscient des problèmes qui l’entourent, D.Crosby, qui ressemble de plus en plus à un vieux marin, tient la barre de son voilier musical avec grâce et surtout simplicité.

Sa voix en premier lieu frappe dès le titre d’ouverture! Pure, épargnée par le nombre des années, sûrement lasse de ses luttes d’égo avec d’anciens partenaires (Buffalo Springfield. The Birds…CSNY) elle brille de son plus bel éclat, illuminant de sa lumière une sérénité musicale bienfaitrice et d’une telle sensibilité qu’elle donnerait des frissons aux plus pirates d’entre nous.

Accompagnées de très peu d’instruments, pas de batterie, à peine perturbés par de légers éclats d’électricité, ces nouvelles compositions touchent directement à l’essentiel, comme les doigts que l’on entend glisser sur le manche de sa guitare acoustique.

Sur la dernière chanson « By The Light Of Common Day », des chœurs féminins font écho au chant de D.Crosby, qui avec l’âge et la raison se fait plus doux tout en tenant tête à cet envoûtant appel féminin, car à l’opposé d’Ulysse il n’a plus besoin d’accessoires pour lutter contre le chant des sirènes plus ou moins toxiques qui ont pu malmener son esprit et également sa santé.

Au verso de la pochette, la tempête s’est calmée…reste le vieux phare encore plus apte malgré l’usure à guider les âmes en peine.

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial