Temps de lecture : 2 minutes et 36 secondes

« Le vertige est cette sensation de vacillement qui se nomme après coup qui forme une onde déréalisante à la surface de notre environnement et qui provoque une perte de repères (…) »- Gaël Charbau

Emerige Révélations, pépinière de talents

Comme une nébuleuse le paysage tissé par ces 12 univers invite à revoir nos certitudes pour entrer dans un nouvel état perceptif. Les œuvres sont disposées dans le bel espace de la Villa Emerige pour créer des échos et rebonds visuels, certaines entrant en collision entre elles. Des frottements fertiles d’où sort une possible narration.

Parmi ces 12 finalistes de la Bourse Révélations Emerige l’on retrouve quelques uns des artistes de l’exposition de Gaël Charbau à la Friche Belle de Mai pour lequel je l’avais interviewé « Inventeurs d’aventures« , comme Alice Guittard ou Jérôme Grivel. Ils sont assez nombreux à venir des écoles d’art du sud, un vivier intéressant.

Alice Guittard,(Villa Arson) invitée par Gaël Charbau pour le show room d’Art-O-Rama traque les hasards sous forme de performances, d’expérimentations, de transferts comme avec ces accidents d’images sur plaques de marbre. Elle fera partie de l’exposition collective à la galerie stambouliote The Pill.

Jérôme Grivel (Villa Arson) avec ce labyrinthe d’acier infranchissable déroute au premier regard de même avec sa vidéo où il se met en scène criant jusqu’à épuisement. Une forme de résistance du corps et de la matière face aux multiples stimuli qui nous entourent et conditionnement sociétal.

Mon favori Fabien Léaustic (cf rencontre à la Cité des arts le 4.10) nous décrit son usage évolutif de l’argile le temps de l’exposition et j’y retrouve ses stratagèmes empiriques autour des forces de la nature comme avec cette cariatide réalisée pour les 10 ans d’Artaïs toujours si spectaculaire.

Les courts-métrages et vidéos de Mari Arun (ENSBA Paris) autour des rituels et de la jeunesse comme avec « Feux »qui se termine par une scène de sexe crue et violente touchent et sonnent juste.

Laetitia de Chocqueuse également diplômée Beaux Arts de Paris et 59ème Salon de Montrouge aborde une temporalité aléatoire qu’il nous incombe de déchiffrer comme avec ces Unes de journaux rehaussées de peinture à l’huile ou ce fossile des mers qui porte les échos du lointain.

Et la gagnante est …
Linda Sanchez révélée au 62ème Salon de Montrouge et prix Bullukian, avec son film « 11752 mètres et des poussières…, » 2014 nous invite à une pause méditative à partir de la course d’une goutte d’eau filmée à contre sens.
Ses colonies d’objets contaminés par du lichen, son tissu de sable, argile activée (la Détente II), morceaux de récit autour de l’usure de l’image avec l’écrivain Philippe Vasset, coquilles de plâtre qui implosent, chute programmée de feuilles de papier, nous disent un inventaire du quotidien poétique et performatif autour de la répétition du geste et relation à l’espace.
Elle va bénéficier d’un accompagnement professionnel, d’un atelier et d’une bourse globale de 15 000 euros pour réaliser sa première exposition personnelle à la galerie Papillon en 2018 et, nouveauté, bénéficiera d’une visibilité à l’étranger grâce à une exposition collective à la galerie The Pill d’Istanbul.

Liste des nominés : Mali Arun – Laetitia de Chocqueuse – Marcel Devillers – Jérôme Grivel – Alice Guittard -Luke James – Fabien Léaustic – Alice Louradour – Gwilherm Lozac’h -Eva Medin – Linda Sanchez – Apolonia Sokol

Le jury 2017 :
Un jury international de 9 personnalités issues du monde de l’art contemporain : Laurent Dumas (Président du Fonds de dotation Emerige), Andrea Bellini (directeur du Centre d’Art Contemporain, Genève), Suela J. Cennet (Directrice de la galerie The Pill, Istanbul), Eric de Chassey (Directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art, Paris), Alexia Fabre (Conservatrice en chef du MAC VAL, Vitry-sur-Seine), Eric Mangion (directeur du centre d’art de la Villa Arson, Nice), Didier Marcel (artiste), Marion et Claudine Papillon (directrices de la galerie Papillon, Paris).

A noter qu’Edgar Sarin, précédent lauréat bénéficie actuellement d’une exposition au CCC OD de Tours, intitulée « Ici : symphonie désolée d’un consortium antique ».

INFOS PRATIQUES :
En forme de vertiges
Les nominés de la 4ème Bourse Révélations Emerige
du 8 au 30 novembre 2017
Villa Emerige
7 rue Robert Turquan
75016 Paris
Entrée libre,
Du mercredi au dimanche de 13 à 19h.

Ateliers jeune public des 11 et 26 novembre sur inscription :
http://www.artkidsparis.com/fr/emerige.php
http://revelations-emerige.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial