Temps de lecture : 1 minute et 59 secondes

La curatrice Laura Serani vient de clôturer l’exposition photographique d’Abdoulaye Barry à Milan. Présentée du 2 au 19 novembre dernier, « Peuples du Lac Tchad. Une crise humanitaire vue de l’intérieur » raconte le quotidien d’une des plus graves crises humanitaires au monde : celle du Lac Tchad.

C’est à travers le regard du jeune photographe tchadien Abdoulaye Barry que l’on part à la rencontre de ceux qui subissent les conséquences des violences qui sévissent dans cette région africaine depuis l’apparition du groupe terroriste d’origine nigérian Boko Haram.

Jusqu’à ce jour, le conflit a touché de plein fouet plus de 10 millions d’hommes, de femmes et d’enfants au Nigeria, Niger, Tchad et Cameroun, où l’on compte 2,4 millions de déplacés, 7 millions de personnes menacés d’insécurité alimentaire et 120.000 confrontés à la famine.

L’ONG italienne COOPI est présente dans ces pays pour réponde aux besoins de centaines de milliers de réfugiés, de déplacés et les communautés locales à travers des projets d’assistance humanitaire multisectoriels (en particulier l’éducation, la santé, la sécurité alimentaire) financés par l’Agence italienne pour la coopération au développement (AICS).

Ces derniers mois, Abdoulaye Barry a suivi de près les projets de COOPI, en se rendant notamment dans la région de Diffa, à la frontière entre le Niger et le Nigeria, dans l’Extrême Nord du Cameroun et la région du Lac, au Tchad. Au cours de ses séjours, Barry a photographié le travail de COOPI et le quotidien des victimes de la crise.

« Nous étions à la recherche d’un photographe africain qui connaissait bien la région et qui était en mesure d’interagir avec les populations locales, et le choix s’est rapidement porté sur Abdoulaye Barry », déclare Laura Serani, co-directrice de l’exposition. « La méthode de travail de Barry a été tout aussi important dans notre décision de collaborer avec lui, notamment sa capacité à traiter des sujets très complexes avec grande humanité, à approcher les gens et à trouver dans chacun des sujets qu’il aborde le ton, la forme et la construction justes. Avec lui, la représentation de l’Afrique d’elle-même est loin du cliché misérabiliste, l’empathie substitue la compassion, il y a une certaine légèreté, voire une certaine ironie qui dédramatise les situations sans rien enlever à leur gravité ».

« L’œil d’Abdoulaye Barry n’est jamais à la recherche d’effets spéciaux, il n’abuse jamais de son sujet, mais l’accompagne dans sa conquête de la dignité », souligne Giuseppe Frangi, directeur éditorial de Vita. « Les photos de cette exposition sono émouvantes car elles documentent avec simplicité, précision et empathie ces tentatives de renaissance communautaires ».

Né en 1980 à N’Djamena (Tchad), Abdoulaye Barry a depuis toujours porté un regard attentif sur son pays en photographiant la normalité au quotidien, même dans ses cotés les plus dramatiques. C’est le cas des réfugiés aidés par l’UNHCR et l’exposition photographique qu’il a dédié aux enfants de la rue dans la capitale tchadienne. En 2009, son travail lui a valu le Prix du Jury de la biennale Les Rencontres de Bamako, la plus importante manifestation photographique du continent africain.

INFORMATIONS PRATIQUES
Peuples du Lac Tchad. Une crise humanitaire vue de l’intérieur
Abdoulaye Barry
Società d’Incoraggiamento d’Arti e Mestieri
Via Santa Marta 18
Milan, Italie
http://www.afriqueinvisu.org/_abdoulaye-barry,1137_.html
http://investor.vita.it/it/

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial