Temps de lecture : 2 minutes et 37 secondes

Dernière étape de l’exposition itinérante pour l’édition 2017 du Prix HSBC pour la Photographie. Laura Pannack et Mélanie Wenger sont accueillies par Nathalie Lamire Fabre, directrice de la galerie Bordelaise Arrêt sur l’Image. Le public est invité à redécouvrir les travaux primés, et découvrir les nouvelles productions de deux jeunes photographes que nous dévoilons aujourd’hui.
Rencontre avec Nathalie Lamire Fabre.

Mowwgli : Vous exposez les lauréats du Prix HSBC pour la huitième fois, quel regard portez-vous sur l’évolution de ce Prix ?

Nathalie Lamire Fabre : En 2004, l’équipe du Prix HSBC m’a contactée pour savoir si les lauréats pouvaient être présentés à la galerie. Bien sûr je connaissais le Prix, et j’ai été très honorée qu’ils pensent à moi pour la présentation de l’exposition au public bordelais. Les premières années, l’exposition itinérante faisait halte à Bordeaux tous les deux ans, et après avoir présenté Christian Vium et Marta Zgierska l’an passé, nous nous retrouvons de nouveau cette année !
Tout au long de cette expérience, j’ai pu remarquer qu’à chaque édition, il y a un regard sans cesse renouvelé avec le même intérêt. J’ai un grand respect pour ce Prix qui accompagne et promeut ces jeunes photographes. L’évolution du Prix est pour moi en parfaite adéquation avec l’évolution de la photographie elle-même. Elle reflète le courant photographique du moment.
Je suis avec intérêt le parcours des anciens lauréats, certains sont même revenus exposer à la galerie; c’est le cas de Patrick Taberna (lauréat 2004) par exemple. Il y a toujours un lien et une écoute avec les photographes que l’on a exposés ici, je pense notamment à Delphine Burtin (lauréate 2014) ou encore Eric Pillot (lauréat 2012). Il y a une authenticité de partage très forte dans ce Prix.

Mowwgli : Quel regard portez-vous sur cette nouvelle exposition ? Y a-t-il un fil conducteur entre le travail des deux lauréates et les artistes de la galerie ?

N. L. F. : Il y a en effet des préoccupations communes, c’est le cas notamment de l’analyse de la relation complexe entre sujet et photographes : que ce soit des questions sociales pour Laura Pannack et des histoires humaines pour Mélanie Wenger.
Il y a une grande qualité dans le choix opéré par les conseillers artistiques. Exposer la jeune photographie au sein de nos murs est un des rôles de la galerie. Je présente de la photographie depuis quelques années maintenant, et pour le public de la ville, il est important de découvrir les travaux de jeunes talents internationaux.

Mowwgli : Vous clôturez l’exposition itinérante de cette édition 2017, à cette occasion, vous exposez de nouvelles œuvres, réalisées cette année grâce à une aide à la production allouée par HSBC ? Pouvez-vous nous parler de ces nouveaux travaux.

Oui c’est une nouveauté pour moi, car c’est la première fois que la galerie Arrêt sur l’Image termine l’itinérance. J’ai donc la chance de faire découvrir au public une présentation, ou tout du moins, les prémices du prochain projet photographique des lauréates.
Pour Laura Pannack, nous présentons deux images de « Inside out », la photographe souhaite explorer l’émotion des relations humaines. Pour Mélanie Wenger, il y a quatre images sur une série en cours intitulée « Broken Silence ». C’est une enquête documentaire sur les violences sexuelles dans le monde. Après avoir été au Zimbabwe, cette année la photographe se rend en Colombie, dans la guerre des gangs de l’une des plus grandes plaques tournantes du traffic de cocaïne.

N. L. F. : L’exposition est présentée jusqu’au 9 décembre prochain, quelle est votre programmation à venir ? 

Pendant une très courte semaine (du 14 au 23 décembre), nous allons présenter des photographies inédites de Barbara à l’occasion du 20ème anniversaire de sa disparition. L’exposition rassemblera des images de Libor Sir réalisées en 1967. Toutes sont absolument inédites !
Et par la suite, pour la rentrée de janvier 2018, nous accueillerons Bernard Plossu – avec qui je travaille régulièrement – à travers l’exposition « A voir et à Manger ». C’est une collection qui propose de revisiter les archives d’un photographe ou d’un collectionneur.

INFORMATIONS PRATIQUES
Laura Pannack & Mélanie Wenger
Lauréates 2017 du Prix HSBC pour la Photographie
Du 10 novembre au 9 décembre 2017
Arrêt sur l’Image Galerie
Cours du Médoc
33000 Bordeaux
http://arretsurlimage.com

En savoir plus :
http://prixhsbc.evenium.com
http://laurapannack.com
http://www.melaniewenger.be

A Lire :
Interview avec Mélanie Wenger
Interview avec Laura Pannack

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial