1 min. de temps de lecture.

Tout aura été dit sur la vie et la mort de Johnny Hallyday, icône populaire érigée en symbole d’une France nostalgique. Le fracas de l’annonce de son décès, qui le moins que l’on puisse dire était attendu, a réveillé en chacun de nous un souvenir, une anecdote. Aux micros des journalistes , anonymes ou personnalités du show biz, de la politique, des média, chacun y allaient, les sanglots dans la voix, de sa petite histoire, toute émouvante d’ailleurs, avec « l’idole des jeunes ».

Johnny était une voix exceptionnelle pour tous les songwriters qui se sont succédés dans sa carrière, lui faisant prendre des trajectoires musicales toujours plus inattendues.  

Cinquante-sept ans de carrière, une cinquantaine de couverture de ParisMatch, des millions d’albums vendus, des millions de fans venus l’écouter dans tous les stades de France et de Navarre, Johnny, chanteur mais aussi acteur, a suscité l’émoi une dernière fois samedi, descendant  les Champs Elysées dans un cercueil blanc comme ceux d’ordinaire réservé aux enfants morts trop tôt,  sous un ciel bleu comme ses yeux, et l’ovation du peuple de cette France qui se délite.

Invitée de la semaine spécial « Mowwgli »: Marie de la Fresnaye, notre responsable de la rubrique art contemporain. Depuis le lancement du magazine, elle vous fait découvrir au quotidien les tendances et les acteurs de cette scène en mouvement perpétuel, et s’est livré donc au difficile exercice du portrait chinois et des Cartes Blanches.

Bonne semaine à tous.

Photo : Merci à Jacques Revon pour les photographies réalisées lors d’un concert en 1967 à Roanne et à Paris en 1972.

Tags

#Hommage

Leave A Comment

Your email address will not be published.