1 min. de temps de lecture.

Il n’existe pas beaucoup de différences entre un artiste et un artiste tatoueur, hormis qu’il troque crayons et pinceaux contre un dermographe, et sa toile contre de la peau. Ces vingt dernières années, l’art du tatouage et les mentalités ont énormément évolué – même si on n’est pas à l’abris de tomber sur un tatoueur peu expert qui ravit la page de #TaTouRaté – les techniques et les écritures se sont considérablement développées. On voit également de plus en plus de femmes se démarquer dans le métier, et pour cette carte blanche, direction Liège pour découvrir le shop galerie l’Usine.

L’Usine a été ouvert il y a un an et demi par Sabrina Patiperra et Léa Nahon. C’est un shop tout ce qui a de plus traditionnel, qui accueille régulièrement des guests venus du monte entier, mais le petit plus c’est qu’un espace galerie y est aménagé pour admirer les travaux des tatoueurs.

Au sein du salon de tatouage officie Léa Nahon, l’une des co-fondatrice de l’Usine. Après une formation artistique à l’Ecole Boulle et plus de 15 ans d’expérience dans le tatouage, son style est reconnaissable entre tous, un travail très graphique entre esquisse et croquis . Ses dessins prennent vie sur l’épiderme mais aussi sur papier, puisqu’elle vient de publier deux ouvrages aux éditions Noire Méduse.

Suivre son Instagram : https://www.instagram.com/lea_nahon/

Si il vous prend l’envie de marquer votre peau d’une œuvre d’art, n’attendez plus. Et sinon (bande de froussards), vous pouvez vous procurer l’un (ou les deux) de ses ouvrages.

INFORMATIONS PRATIQUES
Carnet de dessins de Léa Nahon 1 & 2
Format 15 x 20 cm
Couverture cartonnée
Relié, cousus
64 pages
25€
http://www.noire-meduse.com
http://lusinetattoo.com
http://www.leanahon.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.