1 min. de temps de lecture.

Pendant une semaine, Paris a vécu au rythme de l’image, de la photographie. Photographies d’art au Grand Palais avec la foire Paris Photo et tous ses évènements satellites.

Une 20ème édition bien sage dans ses propositions avec peu ou pas de découverte et un bilan pour les galeries mitigé pour ne pas dire décevant.

Le (grand) public était pourtant bien au rendez-vous grâce à un week-end prolongé et clément.

Peut-être la nouvelle politique, étrange, des organisateurs demandant aux exposants de ne pas afficher les prix des tirages, ni les fameuses petites gommettes rouges qui font frétiller les cartes bleues et parfois décident l’acheteur de passer à l’acte, a-t-elle eu raison de l’impusion d’achat des visiteurs?

Toujours est-il que vendredi soir après 3 jours de foire, le bilan était mauvais, les galeries dites intermédiaires, dont les prix s’échelonnent entre 1000 et 5000 euros, se disaient inquiètes quand les mastodontes Gagosian ou Pace MacGill attendaient des collectionneurs qui ne sont jamais venus.

Paris Photo donc n’a pas trouvé son deuxième souffle. il faudra suivre avec attention l‘édition de sa cousine anglaise Photo London en mai prochain pour comprendre si les collectionneurs ont reporté leur acquisitions à plus tard, ou si l’édition parisienne 2016 est un signal faible sur les évolutions à venir d’un marché mature dont le déclin pourrait avoir été entamé.

Photographies d’actualité aussi avec les élections américaines et la stupeur d’un Donald Trump en successeur de Barack Obama. L’Amérique n’en finit donc pas de nous étonner.

Photo d’actualité enfin avec les commémorations des attentats survenus le 13 novembre 2015. Toutes les Unes ce week end rappelaient les tristes évènements et interrogeaient toujours les responsabilités de chacun.
Un an après, les témoignages et les images n’avaient pas perdu de leur pouvoir de sidération.

Leave A Comment

Your email address will not be published.