251 Views |  Like

Carnet de Marche 2015-2016

Temps de lecture : 1 minute et 17 secondes
Chargement de la carte…

Dates
23/03/2017 - 23/10/2017

Horaires
Toute la journée

Lieu
Musée Dauphinois
30 Rue Maurice Gignoux
38031, Grenoble
France


Walk on the white side – Pierre Padovani – (Extrait)
… Le monde analogique de Bourret est fait de formes hybrides où la nature est traitée comme un cryptogramme sur lequel les empreintes sensibles de l’artiste épousent leur grille à la découverte du paysage. La photographie devient un sismographe qui enregistre les pulsions de la nature. L’artiste reste dans un contact direct avec elle en se plaçant devant elle pour photographier. Il ne s’agit pas pour lui de prendre la représentation de cette nature pour fin mais requérir d’elle des sensations. Cézanne voulait faire « du Poussin sur le motif », Richard Long réalise ses sculptures en marchant, Bourret, lui, photographie le lieu de l’œuvre et s’arrête, là où d’autres commenceraient…

… Bourret’s analogical world is composed of hybrid forms where nature is treated as a cryptogram on which the artist’s sensitive imprints wed their grid to the discovery of the landscape. Photography is turned into a seismograph recording nature’s impulses. The artist remains in direct contact with nature, standing before it to photograph it. His purpose is not so much to form a representation of nature as to press it for sensations. Cézanne wanted to “do Poussin again sur le motif” while Richard Long made his sculptures walking. Bourret, for his part, photographs the place of the work and stops, there where others would start…

La montée des circonstances (Extrait) – Élisabeth Chambon
… Photographe-arpenteur, le temps est là, autour de lui, dans le moindre de ses gestes, et sous ses pas. Il fait de lui un producteur d’expérience, de mémoire. C’est un corps qui se donne à cette verticalité indispensable, à son offrande radieuse. Marcher, «c’est aller à travers» dit Henri Maldiney, c’est confronter sa propre solitude à l’élasticité de l’espace, chercher à atteindre « ce suspens vibratoire » comme le disait Mallarmé…

… Time is there, all around him, in his slightest gesture, and beneath his feet. It turns him into a producer of experience and memory. His is a body that gives itself to its indispensable verticality, to its radiant offering. Walking “is a going through”, writes Henri Maldiney; it’s a confronting of one’s own solitude with the elasticity of space, a quest to attain Mallarmé’s “vibratory suspense”…