165 Views |  Like

Friture sur la Ligne, Hippolyte Hentgen

Temps de lecture : 1 minute et 13 secondes
Chargement de la carte…

Dates
09/09/2017 - 23/12/2017

Horaires
0 h 00 min

Lieu
Iconoscope
1 rue du général maureilhan
34000 , Montpellier
France


Hippolyte Hentgen n’est pas un homme, mais Hippolyte Hentgen n’est pas une femme non plus.
Hippolyte Hentgen est une figure d’artiste transgenre, sans genre, en deçà et au-delà, une entité artistique à deux têtes pensantes et quatre mains faisantes — Gaëlle Hippolyte et Lina Hentgen. Soit un corps double, un être multiple et un esprit coordonné, à l’avenant des figures et des compositions hybrides qui souvent peuplent les dessins, les collages et les images, au sens élargi de l’oeuvre graphique qu’il/elles poursuit/vent avec une curiosité et un appétit insatiables depuis le début des années 2000 pour la variété des cultures visuelles, savantes ou vernaculaires, que charrient les époques. Opérant par emprunts, associations, superpositions et assemblages citationnels, cette pratique de création qui ajoute de la complexité aux images culturellement assimilées, fait cohabiter des figures, des documents, des signes et des traces en les déplaçant dans le champ d’une oeuvre dont la destination énigmatique repose sur une dynamique d’incorporation des sources et des gestes les uns aux autres à dessein d’établir des hypothèses aussi fictionnelles que frictionnelles. Propices à produire des situations visuelles sujettes à des défaillances de communicabilité, quand on en parle, ça résiste au langage, on dirait d’ailleurs qu’il y a de la friture sur la ligne. C’est là le programme de la double proposition d’Hippolyte Hentgen pour Drawing Room 017 et la galerie Iconoscope à Montpellier qui articule des compositions issues de séries récentes sur papier et sur affiches à travers lesquelles chaque image relève d’une volonté de déconstruction d’une hiérarchie académique des signes pour établir davantage de zones de décalage et d’équilibrisme, de résurgence et de stratification où ce qui s’ajoute côtoie ce qui se trame. Un coup de ciseau ou un coup de bombe. Une orange qui vole ou un oeuf au plat. Un doigt sur le menton ou une main ouverte. Des figures élastiques autant que les lignes qui relient les éléments de chaque rébus. Et entre les hiatus, ce que l’on ne sait et ce que l’on a en commun.